14 commentaires

diamonds
Les diamants ont la réputation d’être durs, résistants, jolis et de traverser les âges.

Ils sont fabriqués naturellement dans le manteau terrestre entre 100 et 200 km de profond (soit cinq à dix fois la dénivellation entre le haut de l’Everest et le fond des fosses Mariannes) à des températures et pressions gigantesques de 1 100~1 400 °C et 60 000 atmosphères par la cristallisation du carbone minéral.
Les hautes pressions permettant seules de produire la structure tétraédrique du maillage des cristaux d’un diamant.

Ces diamants sont ensuite remontés à la surface par les mouvements de la lave dans le manteau puis dans les volcans dans la croûte terrestre, où ils restent jusqu’à ce qu’on les trouve.

Le diamant est extrêmement dur : c’est l’élément naturel le plus dur, et absolument rien ne peut le rayer, excepté un autre diamant.

Pourtant, ils ne sont pas immortels, et il existe une façon très simple de s’en débarrasser.
Ils sont fait de carbone pur, et restent donc très vulnérables à un ennemi très banal : le feu !

En effet, un diamant brûle facilement comme un bout de charbon en produisant uniquement du $CO_2$.

Une vidéo est disponible ici (anglais) où on voit un magnifique diamant mourir par les flammes dans de l’oxygène liquide.

Les diamants sont peut-être des pierres, mais en connaître la chimie peut parfois être surprenant aussi.

image de Judy van der Velden

Lire la suite…

4 commentaires

Jusqu’à maintenant, il n’a pas fait super chaud cet été et pas non plus super froid d’ailleurs (il n’a pas neigé, du moins pas ici). Une chose est sure pourtant : s’il avait fait –20°C comme en 2012, on aurait eu droit aux classiques « meh, il est où ton réchauffement climatique, là ? ».

Le problème c’est que le climat et la météo ne doivent pas être confondues.

Le climat, c’est l’évolution de la température et d’autres paramètres sur plusieurs décennies voire siècles ou millénaires. La météo, c’est le temps qu’il fera dans quelques heures ou quelques jours.

Le climat, l’évolution sur le long terme est prévisible, parce qu’il évolue lentement et de façon périodique : après une longue ère glaciaire, il est normal qu’un réchauffement commence puis atteigne un pic et redescende quelques millions d’années après. La météo, elle, est très imprévisible : un nuage passant au dessus d’un lac, par exemple, suffit à réduire l’évaporation localement et fausser la prévision d’un orage. La météo est quelque chose de chaotique.

C’est comme un maitre promenant son chien : le chien va à droite et à gauche de façon aléatoire et à son gré ou à celui des insectes qu’il chasse. C’est la météo. Le maitre suit son chemin de façon plus régulière, plus ordonnée (il reste sur le trottoir ou le bas-côté), plus prévisible. C’est le climat.
Si un chat voulait fuir le chien, il devrait observer la direction du maitre et non celui du chien afin de déterminer où se rendra l’animal qu’il fuit :

maitre promenant son chien sur la plage
Il en va de même pour le climat et la météo : si on veut savoir le temps qu’il fera dans 100 ans, ça ne sert à rien de d’extrapoler à partir de la différence de température entre aujourd’hui et demain. Il faut mieux regarder l’évolution de la température depuis les cinquante dernières années.

Dans l’autre sens, ce n’est pas parce qu’il fait –20°C une nuit de février que le climat n’est pas en train de se réchauffer.

C’est un fait que la température augmente depuis 150 ans.

Lire la suite…

4 commentaires

Une carte, c’est une représentation de la surface terrestres, des continents, des pays.
Sauf qu’il ne faut pas oublier que la Terre est sphérique et non plate : faire une carte plane d’un objet en 3D n’est pas sans conséquences.

Observez les deux pays mis en valeur sur cette carte et qui sont le Groenland et l’Algérie :

l'algérie et le groenland : quel est le plus grand ?
(source)

Lequel vous parait le plus grand ? Le Groenland, non ?

Pourtant, la superficie du Groenland est en réalité 10% plus petite que celle de l’Algérie : 2 166 086 km² contre 2 381 743 km² !

Il y a plein de types de cartes différentes, mais aucune n’est aussi juste qu’un globe terrestre, car c’est elle qui reflète le mieux la réalité. Il y a d’ailleurs un peu le même problème avec la carte du ciel : les constellations ne sont en réalité pas dans un plan, et certaines étoiles d’une même constellation sont en réalité plus éloignées que d’autres.

Notez que pour une carte à petite échelle (carte routière), le problème ne se pose pas, car on suit la courbure de la Terre et se plaçant constamment à la verticale du point cartographié (projection orthographique).

MÀJ : Le site The True Size permet d’observer ce phénomène. Entrez le nom d’un pays et vous pouvez le déplacer sur la carte : ses dimensions seront adaptées à la latitude. Par exemple, pour mon exemple du Groenland et de l’Algérie.

Lire la suite…