Aucun commentaire

Les sources lumineuses au tritium gazeux (ou GTLS de l’anglais gaseous tritium light source) sont des tubes en verre ou en plastique renfermant du tritium. Quand la nuit tombe ou que la luminosité baisse, ces tubes émettent une lumière continue sans pile, branchements, ou autre source externe d’énergie :

des tubes au tritium
↑ des tubes au tritium (image)

Ils sont utilisés comme gadget en porte clé, sur les aiguilles de montres ou d’autres cadrans, et pour un usage plus sérieux dans certains vieux signes « Sortie de Secours » qui doivent être allumés constamment, y compris la nuit et surtout en cas de coupure de courant. Ces sources lumineuses fonctionnent durant plusieurs dizaines d’années de façon autonome (même si elles perdent 50 % de luminosité tous les quinze ans).

Le fonctionnement est relativement simple et est permis grâce à la radioactivité du tritium.

Le tritium (symbole ${^3}\text{H}$, ou $\text{T}$) est un gaz qui se désintègre selon la radioactivité bêta en libérant un électron. Les parois du tube sont recouverts d’une surface phosphorescente qui émet de la lumière quand il est frappé par l’électron du tritium.

Ce principe utilisant du tritium existe depuis les années 1970, mais la luminescence à partir d’une source radioactive, ou radio-luminescence, existe depuis plus longtemps. Certains vieilles montres du début du 19e siècle et avec les aiguilles lumineuses utilisaient du radium comme source radioactive.
Les personnes, souvent des femmes, chargées d’appliquer cette peinture sur les cadrans développaient à la longue des cancers et mourraient prématurément. C’était avant que la nocivité de la radioactivité avait été découverte, à l’époque où on pensait que manger du radium ou du thorium (dans du chocolat au radium ou de la pâte dentifrice au thorium) donnait de l’énergie. Ces peintures ont depuis été interdites et les maladies liées à elles reconnues, non sans procès et scandales, connus sous le nom de Radium Girls

Plus conscient de la radiotoxicité de ces matériaux, et même si les tubes au tritium ne sont pas mangés et contiennent des quantités infimes de gaz, la plupart des signes « sortie de secours » sont désormais remplacés par des lumières alimentées par des piles à longue durée de vie.

Ces tubes lumineux au tritium gazeux sont un de ces quelques objets du « presque-quotidien » qui contiennent une source radioactive pour fonctionner. Un autre exemple est le détecteur de fumée, dont les anciens modèles contiennent tous une source d’américium 241, un autre élément radioactif (là aussi, les nouveaux modèles utilisent un système à LED).

Aucun commentaire


Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.