Aucun commentaire

earthquake
Alors que la Chine a subi hier un tremblement de terre (magnitude 6,9) et le Salvador en a subi un il y a quelques jours aussi (magnitude 7,2), on peut se demander ce qu’est cette « magnitude 6,9 » et à quoi il correspond concrètement.

Tout d’abord, quand un séisme se produit, il est nécessaire de quantifier l’intensité de ce séisme. Ceci permet aux autorités de déployer des moyens appropriés, mais aussi de savoir s’il y a un risque immédiat de tsunami, et/ou d’autres séismes « répliques » dans les heures ou jours qui vont arriver.

Pour mesurer l’intensité du séisme, il s’agit de mettre un nombre sur l’énergie libérée par le tremblement de terre. La magnitude correspond alors à ça : plus la magnitude est élevée, plus l’énergie libérée est importante. La magnitude d’un séisme est un nombre sans unité.

Il y a plusieurs façons de la mesurer, plusieurs échelles.

L’échelle de Richter

L’échelle de Richter n’est plus utilisée.
Cette échelle était basée sur l’amplitude de déviation de l’aiguille de sismographe, mais il est possible que cette dernière sature, car l’aiguille n’a qu’une course limitée. Des mesures au delà de cette limite étaient donc impossibles.
De plus, la formule utilisé par Richter n’est physiquement pas homogène et ne marche que pour les séismes en Californie ; à cause de la nature du sol, la vitesse et l’angle de propagation des ondes sismiques, intégrés « en dur » dans les constantes de calibration de la formule.

Bien que le nom Échelle de Richter soit resté, le nombre donné est en fait calculé avec l’échelle de magnitude du moment.

L’échelle de magnitude du moment

L’échelle de magnitude du moment est plus précise et elle apporte plusieurs corrections par rapport à l’échelle de Richter :

  • elle marche partout sur Terre ;
  • elle tient compte de la nature de la roche ;
  • elle prend en compte du type d’ondes sismique (transversale, longitudinales…)
  • elle intègre l’observation des déplacements de terrain

Les deux échelles ont un point commun : ce sont des échelles logarithmiques.
Passer d’une magnitude à une autre multiplie l’intensité réelle du séisme. Ainsi, une augmentation de 1 dans la magnitude correspond à une multiplication par 31 de l’énergie libérée ! L’amplitude des secousses est, elle, multipliée par 10.

Il en découle que la l’énergie libérée par un séisme de magnitude 9 est 27 000 fois plus importante qu’un séisme de magnitude 6.
Dans l’autre sens, pour un séisme deux fois plus puissant qu’un autre, la magnitude est seulement 0,2 points au dessus. Un séisme de 7,2 peut donc faire le double de dégâts qu’un séisme de 7,0.

Sources :

image de Richard Walker

(Cet article a initialement été publié sur Le Hollandais Volant. J’ai décidé de le déplacer ici)

Aucun commentaire


Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.