60 commentaires

i
Il est très courant de confondre la chaleur et la température, et bien que ces notions soient liées, elles sont à distinguer.

La chaleur, c’est la quantité d’énergie thermique contenue dans un corps et qu’il est possible d’extraire pour s’en servir (pour chauffer par exemple).
La température est l’agitation de l’atome. C’est sa vitesse de vibration au sein de la structure solide qui la contient, ou bien sa vitesse de déplacement dans un gaz.

Chaleur et température restent liés : un corps à haute température contient plus de chaleur que s’il était à basse température.

La quantité de chaleur contenue dans un corps dépend de la constitution de ce corps : de l’eau ? de l’acier ? du bois ?

Exemple

De l’eau bouillante, c’est chaud non ? Si vous en recevez sur les doigts, vous risquez de vous brûler sévèrement. Pourtant, l’eau bouillante n’est toujours qu’à 100 °C.

Parallèlement, tout le monde a déjà utilisé les bâtonnets d’étincelles, lors des fêtes de fin d’année ou sur un gâteau. Les étincelles produites ne brûlent pas la peau, et pourtant leur température excède 1000 °C !

Alors où est le problème ? En fait, une étincelle est juste une poussière se trouvant à très haute température : elle est peut-être extrêmement chaude, mais elle est très petite. Elle ne transporte donc que très peu d’énergie (donc de chaleur) et peut très difficilement vous brûler.

Au contraire, avec l’eau bouillant que vous recevez sur votre main (je ne vous le souhaite pas), c’est une grande quantité d’eau que vous recevez, et même si 100°C est beaucoup moins que 1000°C, la quantité d’énergie (la chaleur) reçue sur votre peau est beaucoup plus importante. Ici, la quantité de matière qu’on reçoit joue d’avantage que la température.

Notes

On dit parfois que chauffer un corps implique d’augmenter la température de ce corps. Ceci est souvent vrai, mais pas toujours.

Voici un contre exemple : prenez un glaçon à 0 °C. Si vous le chauffez, il restera à 0 °C mais il va fondre. La chaleur de l’eau composant le glaçon a augmenté, mais sa température n’a pas évoluée. Le truc ici est que le passage de l’état solide à l’état liquide consomme de la chaleur (cette chaleur très spécifique est nommée enthalpie de changement d’état, ou chaleur latente) : l’eau va donc fondre plutôt que monter en température.

Réciproquement, on peut alors comprendre que geler un verre d’eau libère de l’énergie. Ce principe est utilisé dans les petites chaufferettes de poches en hiver : quand vous activez le petit « clic », le liquide cristallise et libère de la chaleur.

image de Andrii Zymohliad

60 commentaires

gravatar
Bleiddwn a dit :

Salut.

Article intéressant, mais je trouve qu'il tourne autour du pot à essayer de paraphraser la notion thermodynamique d'enthalpie, qui est, à pression constante, la quantité de chaleur que peut emmagasiner un corps.

gravatar
Gloorian a dit :

Bonjour, encore un excellent article. J’aime cette approche physique de phénomènes du quotidien :) Je t’encourage vivement à en faire plus.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Bleiddwn : ah oui pas faux… J’y ait pas pensé, mais ça aurait surchargé de notions après.

@Gloorian : j’ai quelques articles à rédiger, comme « c’est quoi le feu ? » ou comment faire de la science à la maison.

Si vous avez des questions comme ça, je peux en faire un article aussi :).
Je ferais un « ask me anything » ici un jour, pour découvrir des questions.

gravatar
Gloorian a dit :

Le “c’est quoi le feu” semble intéressant :)

gravatar
Arfy a dit :

Marrant, c'est le même parallèle que la vitesse avec la "quantité de mouvement".
Une poussière à 200 km/h vs une boule de bowling à 2 km/h ...

gravatar
TD a dit :

@Arfy : on raisonne plutôt sur l'énergie cinétique (T = m × v²).

Pour revenir sur l'article, en effet, ce n'est pas forcément la température qui compte. Ainsi, le cœur du Soleil et sa couronne ont la même température : environ 15 millions de degrés Celsius. Pourtant, se trouver dans la couronne est complètement inoffensif : il y a tellement peu de matière qu'on ne sentirait rien. De même pour l'atmosphère terrestre : à plusieurs centaines de kilomètres d'altitude, il fait plusieurs milliers de degrés, mais là encore, il y a trop peu de particules pour ressentir quoi que ce soit.

En fait, la température c'est l'agitation des particules. Lorsqu'il y a beaucoup d'espace, elles vont vite car il n'y a aucun obstacle. Mais la température étant fonction de l'énergie cinétique, elle est élevée. Être touché par un atome d'une température vraiment très élevée n'a aucune conséquence. Par contre, lorsqu'il y a beaucoup de matière (dans l'eau, l'air ou dans une étoile), pour que les particules atteignent une grande vitesse (donc une grande température), il faut bien plus d'énergie pour mettre en mouvement toutes les particules : on va donc se brûler.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Arfy : assez oui :)

Plus impressionnant, il y a les Zetta-particules : des particules qui ont l’énergie d’une balle de tennis entière (imagines un seul instant la concentration d’énergie que ça doit avoir, perso je trouve ça fantastique).

Mais après, la comparaison devient foireuse : un ballon de foot a peut-être grosso-modo la même énergie qu’une balle de fusil, seulement la balle de fusil te traverse alors que le ballon de foot ne peut pas à cause de la taille.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@TD : il y a plusieurs définitions de température après (thermodynamique, cinétique, etc.).

Dans la pièce où tu es, une molécule de dioxygène se déplace à environ 1700 km/h, mais sur des distances de l’ordre de quelques nanomètres.

gravatar
sensini42 a dit :

Comme Bleiddwn : C'est long pour pas grand chose.
«la température et la chaleur ne sont pas la même chose.» Ça aurait presque suffit :Þ
Après les exemples sont sympas. Un autre lié :
tu trempes ta main droite dans un saladier rempli de glaçon, la gauche tu la fais chauffer (radiateur, sèche-cheveux…)
Puis tu trempes tes deux mains dans de l'eau tiède, t'as pas la même sensation de chaleur pour une même température.

Sinon, t'as quelques typos, genre «avec l’eau bouillant que»

gravatar
didi junior a dit :

Donc si on irait à une très grande vitesse, notre température chuterais puisque moins de mouvement au sein de la matière ? Sinon l'orloge dans l'avion n'aurait pas eu de décallage avec celle au sol non ?

Si notre temperature baisse quand on va très très vite, comment aller encore plus vite en bougeant de moins en moins ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@qwerty :

La température est l’agitation de l’atome. C’est sa vitesse de vibration au sein de la structure solide qui la contient, ou bien sa vitesse de déplacement dans un gaz.

@sensini42 : Je veux quand même trouver des exemples que Michu puisse comprendre.
Je ne peux pas juste dire que la chaleur et la température sont différentes : ça ne sert à rien pour celui qui veut comprendre la science.
S’il y a deux terminologies différentes, c’est que ce sont déjà des choses différentes.



@didi junior :

Donc si on irait à une très grande vitesse, notre température chuterais puisque moins de mouvement au sein de la matière ? Sinon l'orloge dans l'avion n'aurait pas eu de décallage avec celle au sol non ?

La vitesse de déplacement n’a rien à avoir avec la température (ou alors je n’ai pas vu ça en cours, donc ça doit être de niveau master de physique ou plus).

L’horloge atomique dans un avion est ralentie, mais ce sont les effets de la relativité (restreinte et générale).

Quand je dis que la matière vibre, je parle des atomes.
Ces derniers vibrent autour de leur position d’équilibre dans un solide.
Dans un liquide et un gaz, ils se déplacent comme des gens dans une foule très dense : ils se font bousculer dans tous les sens et par tous les autres atomes.

Dans la foule, la haute température serait un foule où tout le monde est énervé et pressé. Une basse température serait une foule où tout le monde est ligoté debout et peine à bouger.

gravatar
TD a dit :

Voici deux images qui illustrent le concept :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6d/Translational_motion.gif
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/23/Thermally_Agitated_Molecule.gif

La première montre des particules qui bougent, qui s'entrechoquent plus ou moins vite. C'est, comme Timo disait, les gens énervés de la foule. Tout va vite, il y a beaucoup d'énergie cinétique : il fait chaud.

La deuxième image est une molécule qui vibre. Ça pourrait être n'importe quelle structure où des particules sont liées (cristal, objet quelconque). Plus la fréquence est élevée, plus il fait chaud.

Lorsque tout est immobile, la température n'est pourtant pas de 0 kelvins, car la seule présence de matière induit une température car il y a toujours un peu d'énergie dans le système. 0 K = pas de matière.

@Le Hollandais Volant : c'est pas niveau master, il s'agit de physique statistique dont les bases sont vues généralement en L3.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@TD : à vrai dire je parlais de ça :

Donc si on irait à une très grande vitesse, notre température chuterais puisque moins de mouvement au sein de la matière ?

Je pensais qu’il y avait un truc que j’avais loupé : tout comme la vitesse influe sur l’écoulement du temps, il y a peut-être quelque chose de similaire avec la température.

Soit c’est effectivement ça et j’apprends un truc, soit je suis perdu.

gravatar
TD a dit :

Comme la température est un mouvement, il y a forcément une vitesse et donc on devrait pouvoir y appliquer la relativité. Je ne vois aucune raison, a priori et avec mes connaissances actuelles, qui pourrait faire penser le contraire. Ce serait intéressant de voir s'il existe une température maximale.

gravatar
Erik a dit :

Autre aspect laissé de coté par cet article : la "capacité calorifique". Ce qui se traduit autrement en "aptitude à échanger de l'énergie".

Ainsi, à température égale, un morceau de métal a plus de chances qu'un morceau de bois de vous bruler parce que le métal est plus apte à échanger de l'énergie (avec votre peau). Vous savez, les gens qui marchent sur des braises ? Bon, bien sûr il y a la cendre qui isole un peu aussi... mais même si vous mettez la même cendre par dessus un chemin en plaques d'aluminium, il y aura beaucoup moins de monde à réussir la traversée et il va falloir appeler le SAMU.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@TD : ah, oui vu comme ça.

@Erik : pas sûr que ce soit la capacité calorifique dont tu parles, mais plutôt de la conductivité thermique.

Du cuivre, de l’alu même, a une excellente conductivité thermique. Par contre, de la brique et l’eau une grande capacité calorifique, beaucoup plus grande que celle des métaux).

La conductivité, traduit à peu près le temps que met un corps à se mettre en tout point à la même température.
La capacité, c’est la quantité de chaleur qu’il faut fournir pour augmenter la température d’un degré Celsius

Pour exemples :
La capacité thermique (en Joule par kelvin par kilogramme) est de :
– 4185 pour l’eau
– 380 pour le cuivre
– 1000 à 3000 pour le bois (source)).

La conductivité (en Watt par mètre par kelvin) :
– cuivre : 390
– eau : 0,6
– bois de chêne : 0,16 (source)

On peut donc comparer le bois et le cuivre : le cuivre a une meilleur conduction que le bois (d’un facteur 2500), mais le bois a une meilleure capacité thermique (d’un facteur 3 à 8).

Si on met le doigt sur du bois à 100°C, on sentira le chaud un peu puis plus du tout (le bloc contient peut-être plus de chaleur que le bloc de cuivre (supposé de même masse), mais il ne peut pas l’envoyer dans le doigt).
Si on met le doigt sur le cuivre à 100°C, on sentira le chaud très longtemps : peut-être qu’il n’y a pas autant de chaleur dans le cuivre, mais le "peu" qu’il y a sera envoyé dans le doigt pour le brûler.

gravatar
quaddan a dit :

@TD :
Juste un rappel pour t'éclairer.
La théorie de la relativité vaut uniquement à l'échelle macroscopique (étoiles, planètes, galaxies, ...).
A l'échelle microscopique, c'est la physique quantique qui prend le relais.
En attendant la théorie du Tout ... Mais c'est une autre histoire ...

gravatar
TD a dit :

@quaddan : c'est tout à fait exact. Peut-on faire des calculs intéressants en appliquant la physique quantique à la température ?

gravatar
météo html a dit :

Un blog très intéressant ! Merci pour cette découverte du jour, Bien à vous.

gravatar
azerty a dit :

Tout d'abord j'adore ce que vous faites...cet approche aussi simplifiée que possible pour expliquer des phénomènes qui ne le sont pas ! ca demande du travail !

Concernant, la chaleur et la température , quand vous dites un corps a 80°C contient plus de chaleur qu'un corps à 10°C..cela me conduit me poser des question sur ca car

Une quantité de chaleur est évalué à partir d'une différence de température( ou bien d'enthalpie), et du coup on se brule en recevant de l'eau bouillante car notre main ne dépasse pas les 40°C à sa surface (pour les plus fiévreux ^^), et du coup la quantité de chaleur reçue est conséquente.

Et donc..ne faudrait-il pas cosidérer deux températures (ou bien deux enthalpies) avant de parler de chaleur (échangée) ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@azerty : En effet !

La notion de chaleur d’un point de vue de la perception sensorielle est difficile à quantifier. Une chose est sure cependant, c’est que comme tu dis, les transferts de chaleurs se font toujours du corps chaud au corps froid, avec d’autant de « vigueur » que la différence de température est grande.
Si tu mets deux corps de même température en contact, il n’y aura aucun transfert de chaleur…

… à part pour les réactions incluant de la chaleur latente ou des réactions endo- ou exo-thermique. Je crois que c’est le nitrate d'ammonium qui quand on le dissout dans l’eau finit par refroidir l’eau de façon très importante (le sel de table aussi, mais c’est moins marqué).
Dans ce cas là, c’est effectivement une question purement d’enthalpie (et d’entropie) : si c’est endothermique, alors il y a une absorption de chaleur, donc d’énergie : l’état énergétique du système est donc plus haut à la fin qu’au début, et la réaction n’est produite que par une hausse de l’entropie, qui surpasse alors la volonté des éléments à aller vers un niveau énergétique plus bas.

gravatar
Hafid smail a dit :

Merci bien c'est magnifique sujet vraiment j'ai bien comprendre la différence entre eux
que LA CHALEUR c'est la quantité d 'energie thermique contennue dans un corps .LA TEMPERATURE est l'agitation de l'atome autrement dit c'est la vitesse de vibration

gravatar
NS a dit :
Bonjour,
Votre site est vraiment super. Vos articles expliquent clairement des choses normalement incompréhensibles ! J'aime particulièrement vos exemples qui piquent la curiosité. Les quelques articles que j'ai lus et réutilisés en cours ont impressionnés ma prof et mes camarades. Je compte aussi m'en servir pour mon TPE. Moi qui d'habitude n'aime pas la physique parce que j'ai beaucoup de mal, j'ai tout compris ! Merci beaucoup, c'est super ce que vous faites, ne vous arrêtez surtout pas. :)
NS
gravatar
NS a dit :
Bonjour,
Du coup, est-ce que c'est la chaleur qui influe sur la température ? Ou l'inverse ? Et peut-on dire que la chaleur est un facteur qui influe sur les changements d'état
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : La température influe toujours sur la chaleur. Mais la chaleur n’influe pas toujours sur la température.
Si tu prends un glaçon à 0 °C, alors tu peux apporter de la chaleur : il va fondre mais restera à 0 °C tant qu’il ne sera pas fondu.

La chaleur est responsable du changement d’état oui, dans les cas simples. Dans des cas particuliers (surfusion, surchauffe, sur-saturation) on voir un système continuer à recevoir de la chaleur sans changer d’état (l’eau peut ainsi dans certaines conditions rester liquide à 120 °C, ou liquide à −15 °C).
gravatar
NS a dit :
"l’eau peut ainsi dans certaines conditions rester liquide à 120 °C, ou liquide à −15 °C"
Ah bon ?! Et comment s'appelle ce "non changement d'état" ou "non phénomène"? Je pourrai faire quelques recherches :)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : Quand l’eau reste liquide en dessous de 0 °C, c’est la sur-fusion (l’eau est "sur-fondue"). C’est ce qui se passe avec les bouteilles de bière (ou d’eau) qui gèlent à la demande : https://www.youtube.com/watch?v=W0fURJg-K0A
C’est amusant pour épater la galerie.
Tu peux essayer ça chez toi, avec une petite bouteille d’eau et le compartiment à glace du frigo : laisse la bouteille d’eau durant 1 h et essayes. Ça demande que l’eau soit manipulée avec précaution : le moindre choc déclenche le gel.

L’eau qui reste liquide au dessus de 100 °C, c’est la sur-chauffe et c’est dangereux.
De l’eau mise au micro-onde n’est pas remuée car il n’y a pas de convection (l’eau étant chauffée uniformément). Si l’eau est particulièrement pure (eau distillée), elle continue de chauffer sans bouillir à cause de l’absence de mouvement et d’impuretés.

Là où ça devient très dangereux, c’est quand on sort l’eau du four : le moindre choc, ou la moindre impuretés (cuillère, sucre, lait…) peut le faire bouillir d’un coup, projetant de l’eau bouillante partout : https://www.youtube.com/watch?v=1_OXM4mr_i0 .
Il ne faut jamais mettre de l’eau au micro-onde. Faites chauffer du café, du lait, du thé, mais pas de l’eau "nue".
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : oui, mais je pense que c’est trop.

Si tu peux être entre 0 °C et −5 °C ça serait mieux.
Typiquement un compartiment à glace du réfrigérateur.

Le congélateur est trop fort. Tu peux essayer, mais ça sera plus difficile : essaye en laissant la bouteille durant 10 minutes, puis 20 minutes, puis 30 minutes… pour voir combien de temps il faut pour la geler.

Ah oui : j’ai oublié de dire, mais la bouteille d’eau doit être remplie à environ 1/3. Et n’utilises pas de bouteille en verre ! Si elle éclate, c’est dangereux.
gravatar
NS a dit :
Est-ce que je dois fermer la bouteille ? Est-ce qu'il y a d'autres précautions à prendre ? Je ne veux vraiment pas que ça explose... :)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : Si tu couche la bouteille et qu’elle est remplie à ~1/3, tu peux mettre le bouchon.

Le risque vient de la glace : la glace occupe un plus grand volume que l’eau. Si la bouteille gèle, alors la glace va exercer une pression sur la bouteille qui peut se briser. Si c’est une bouteille en plastique ce n’est pas grave, mais une bouteille en verre peut faire quelques dégâts.
En remplissant la bouteille à 1/3, et en la couchant, même si l’eau devient de la glace, elle peut monter dans la bouteille et avoir assez d’espace.
gravatar
NS a dit :
Ça n'a pas totalement marché. J'ai laissé une heure à -5°C et uniquement la surface de l'eau s'est gelée. J'ai ensuite ouvert et tapé brusquement la bouteille sur la table et à part m'éclabousser un peu ça n'a rien fait... Dommage...
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : L’eau avait gelé avant de sortir la bouteille ?
Il se peut aussi que l’eau ne soit pas assez pure, ou que la bouteille ne convienne pas.
Il faut que l’eau soit totalement liquide au moment de la sorti du congélateur.


Je viens d’essayer ici, ça a marché. J’ai pourtant laissé la bouteille durant 3 ou 4 heures dans le compartiment à glace (−3°C).
gravatar
NS a dit :
La surface contre la bouteille (c'est difficile à expliquer) avait gelé. C'était comme une ligne. Je n'avais laissé qu'une heure. Je vais réessayer et je vous tiens au courant.
gravatar
NS a dit :
La chaleur et la température peuvent créer un changement d'état mais est-ce qu'elles peuvent modifier un changement d'état?
gravatar
NS a dit :
Un changement d'état est un passage d'un état à un autre. La solidification et la fusion par exemple sont des changements d'état causés par la chaleur et la température. Donc la chaleur et la température sont des "causes". Est-ce que elles peuvent être des "causes de causes"? (c'est compliqué à expliquer) Est-ce qu'elles (chaleur et température) peuvent être à l'origine d'un changement d'état deja dû à la chaleur et la température ?
gravatar
NS a dit :
Au fait, je laisse tomber l'expérience, j'ai dû essayer au moins 5 fois aujourd'hui et je n'obtiens jamais le résultat attendu... Ce n'est pas grave, je me contenterai de la vidéo mais merci quand même. Je referai l'expérience dans un (sans doute lointain) futur (les prochaines vacances^^)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : Je ne comprends pas vraiment. Tu ferais quoi comme expérience pour essayer ça ?

Un changement d’état (disons la solidification) a lieu si la chaleur d’un corps (l’eau par exemple) est insuffisante pour la maintenir au dessus de sa température de fusion. À ce moment là, l’eau se met à geler.
Pour les changements d’état dans l’autre sens, il a lieu si la chaleur d’un corps est suffisant pour permettre ce changement d’état. L’eau fond si l’apport de chaleur extérieur lui permet de fondre.

@NS : pour l’expérience, ça dépend de l’eau. Si l’eau du robinet ne fonctionne pas, c’est qu’elle est trop forte en calcaire ou minéraux. L’eau chez moi est faiblement calcaire.
Si tu en as, essayes avec de l’eau déminéralisée (trouvable dans le commerce) ou de l’eau distillée (trouvable dans un labo).
Autrement, attends qui tu sois ailleurs (dans un autre ville) pour récupérer un peu d’eau et réessayer.
gravatar
NS a dit :
@Le Hollandais Volant : Je ne sais pas quelle expérience je ferai, justement. C'est très compliqué à expliquer... Vois-tu la différence entre ces deux questions ?
1. Quels facteurs permettent de modifier les changements d'état ?
2. Quels facteurs permettent les changements d'état ?

Pour l'expérience de l'eau je suivrai ton conseil :)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : justement, qu’entends-tu par « modifier les changements d’état » ?

Changer la fusion en vaporisation ? changer leur vitesse ?

Si on veut passer directement la fusion (fonte de l’eau) à l’ébullition (vaporisation), c’est possible : on passe alors directement de "solide" à "gaz", ce qui se nomme la sublimation. Ça arrive quand on met de la glace, par temps très froid (<−10 °C), au soleil. Le soleil chauffe seule les premiers molécules d’eau de la glace qui passent alors dans l’air, par sublimation.

Il y a aussi une situation (de température et de pression) où l’eau peut co-exister dans les 3 états : solides, liquide et gaz. Cette situation se nomme le point triple et constitue un équilibre de transfert thermique : la chaleur passe dans le liquide, le solide et le gaz de façon assez aléatoire.

Pour modifier la vitesse de changement d’état (fonte, ébullition…) il suffit d’apporter ou de retirer plus ou moins de chaleur : si on bout de l’eau à petit feu, ça ira moins vite que si on met à feu fort.
gravatar
NS a dit :
Ça je le sais. Par "modifier un changement d'état" j'entends "changer un changement d'état en autre chose". C'est très compliqué à expliquer.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : Ah, je pense avoir compris.

En fait, l’apport de chaleur à un corps peut avoir des effets différents :
** amorcer un changement d’état
** enclencher une réaction chimique
** faire autre chose

Et tu veux savoir si on peut passer d’un effet à un autre ?
gravatar
NS a dit :
C'est exactement ça ! :D
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS : ok :)
A priori je dirais que ce n’est pas possible, je ne connais aucune transformation qui fasse ça.

L’apport de chaleur peut faire plein de choses, mais on ne peut pas choisir ce que ça va faire.

Les transformations chimiques et physiques se font en fonction des niveau d’énergie de la matière. Et ces niveaux d’énergie ont un ordre bien défini.
Si on apporte une certaines quantité de chaleur à un bloc de glace, il va d’abord fondre, et si on continue de chauffer, il va bouillir. Mais on ne pourra pas le faire bouillir avant de le faire fondre.


Un autre exemple : si je met des cristaux d’acétate de sodium (ceux utilisés dans les chaufferettes de poche), ils vont se dissoudre (réaction de dissolution) si je monde à 54 °C et si je chauffe encore, l’eau va bouillir.
Mais c’est uniquement parce que la température de dissolution de l’acétate de sodium est en dessous de la température d’ébullition de l’eau.

Si les deux étant à la même température, alors je pense qu’on devrait observer quelque chose comme au point triple, c’est à dire que les réactions se font dans les deux sens de façon chaotique jusqu’à ce que ce que les deux soient à leur avancement maximal.

On peut aussi jouer sur la pression : en comprimant de l’eau, on peut augmenter la dissolution de gaz (CO2, O2…) mais la température n’est plus la seule variable.
gravatar
NS a dit :
@Le Hollandais Volant : Pas possible ? C'est dommage... Enfin bon ce n'est pas grave, j'en sais quand même plus maintenant et je t'en remercie :)
PS: j'ai dû chercher ce qu'étaient des chaufferettes de poche étant donné qu'il n'y en a pas ici (je ne savais pas du tout que ça existait)
gravatar
NS a dit :
Bonjour,
Ce message n'a rien à voir avec cet article mais ne sais pas où je peux vous dire ça... Voilà deux suggestions d'articles si ça vous intéresse:
.la mécanique des fluides
.pourquoi a-t-on l'impression d'entendre le bruit plus fort qu'il ne l'est quand on dort/somnole ?
La première suggestion me tient vraiment à coeur parce que je trouve cela fascinent (ce n'est pas au programme de lycée mais j'ai fait des recherches personnelles). Je suis sûre qud vous en savez beaucoup et que vous pouvez l'expliquer facilement (contrairement à beaucoup de sites) donc pouvez-vous le faire svp ? Le deuxième aussi est bien mais bon... Ça vous intéresse ? :)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@NS :
Les suggestion d’articles peuvent être faite par email :)

Autrement, pour la mécanique des fluides, ce n’est pas ma spécialité et très difficile sur le plan mathématique (les équations de Navier-Stokes sont une horreur pour moi ^^").

Pour le son quand on dort : la réponse est surtout liée au fait que nous détectons les bruits selon une échelle logarithmique et par rapport à un niveau de référence (le bruit ambiant). La nuit, quand tout est silencieux, le moindre son se démarque du silence.
Une goutte d’eau qui tombe du robinet par rapport au silence de la nuit est donc perçu de la même façon qu’un klaxon dans une rue bruyante : parfaitement audible. On peut également l’entendre le jour, il suffit de couper tous les sons bruyants : ordi, voitures dans la rue, gens qui parlent, TV…

Je vais peut-être essayer de vulgariser les équations de méca-flu comme j’avais fait avec les équations de Maxwell en électromagnétisme, mais ça ne sera pas pour tout de suite.

Si la méca-flu t’intéresse, peut-être tu peux t’orienter dans une voie qui propose la physique des fluides, à l’université, après le lycée.
gravatar
NS a dit :
Je comprends que ce soit difficile, c'est d'ailleurs pour ça que j'avais pensé à vous. Vous expliquez les choses simplement. Mais ce n'est pas grave :)
Le bruit quand on dort, ce n'est pas grave parce que ça ne m'intéresse vraiment.
Je ne pense pas m'orienter dans cette, bien que j'aime ça. Tout simplement parce que mes résultats ne sont pas assez bons.
gravatar
NS a dit :
Bonjour,
Je fais en ce moment mon compte rendu de TPE. Étant donné que vous m'avez aidé, je trouve normal de citer votre nom dans la partie "remerciements". Est-ce que cela vous dérangerais ? Si oui, je ne le ferais pas.
gravatar
NS a dit :
Il n'y a rien de "très gentil", c'est tout à fait normal vu que vous avez plus ou moins contribué à l'élaboration de ce TPE. Je vous dois bien ça :)
gravatar
gg a dit :
Bonjour, je pense que l'une de vos premières phrases "La chaleur, c’est la quantité d’énergie thermique contenue dans un corps" n'est pas totalement exacte, c'est sûrement jouer sur les mots mais l'énergie ne peut pas être "contenue" dans un corps, elle est une propriété de ce corps. Ce n'est également pas une quantité. A mon humble avis la phrase suivante serait plus adaptée : "La chaleur, c’est l'énergie thermique d'un corps" ça raccourcie l'article désolé :)
Merci en tout cas à vous pour ces beaux articles.
gravatar
Clem a dit :
L'unité de la température est le degré (°C) quelle est l'unité de la chaleur ?
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Clem : La chaleur est une forme d’énergie : elle se mesure donc en Joule, qui est l’unité légale de l’énergie.

Il existe d’autres unités pour l’énergie :
– la calorie (1 calorie = 4,18 joules) ;
– le Watt-heure (1 Wh = 3600 joules), utilisé surtout pour calculer la consommation d’énergie électrique ;
– l’électron-volt (1 eV = 1,602 ×10^−19 joule), utilisé principalement dans la physique quantique, où les énergies mises en jeu sont très petites).

En général, pour les transferts thermiques, donc pour la chaleur, on parle en calorie ("calorie" = "calor" = "chaleur" : l’étymologique est la même).
gravatar
Lynn a dit :

J'ai 12 ans j'aime trop "Physique" et j'ai une moyenne de 18 sur le carnet.J'ai adoré de lire cet article car dans mon école maintenant dans le chapitre 8 de physique on apprend la température et la chaleur.Donc,bon article et courage pour l'amélioration de celui-ci car il manque beaucoup trop de choses.
Je ne sais pas si vous allez additionner ce que je vai écrire mais je le souaite. J'écrirai cela dans un autre commentaire.


Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.