36 commentaires

Alors qu’on ne sait toujours pas si les ondes des téléphones mobiles sont dangereuses, on peut prendre un petit moment pour voir quelles sont les ondes artificielles auxquelles nous sommes soumis.

Évidemment, il ne faut prendre en compte ici que les ondes électromagnétiques. La lumière (visible) fait partie de ces ondes, mais elle est justement visible parce qu’elle ne nous traverse pas d’un seul trait.
Il conviendra donc de réduire la liste à ce qui est soit largement plus énergétique que le visible (rayon gamma, rayons X) soit beaucoup moins énergétique : les ondes dites « radio ».

les ondes électromagnétiques
Les différents domaines spectraux des ondes électromagnétiques (source)

Ondes pour la radio, la télé et la téléphonie

Ces ondes sont pour la transmission grande distance. Elles doivent donc être émises avec une forte puissance depuis la source.

Ondes pour la radio

  • Radio AM (0,15 à 26 MHz) : utilisée et existant depuis longtemps mais toujours en service. Ces ondes vont parfois très loin (plusieurs milliers de kilomètres) car rebondissent sur l’ionosphère.
  • Radio FM (87,5 – 108 MHz) : plus récent que la AM, et éliminant les défauts de cette dernière.

Ondes pour la télé

  • Télévision hertzienne (50 – 215 MHz) : elle n’est plus d’actualité en France, où les signaux dits « hertziens » ne sont plus émis.
  • Télévision numérique terrestre (même bandes que la TV hertzienne) : la différence entre les deux est juste l’encodage de l’information sur les ondes.
  • Télévision par satellite (4 – 8 GHz et 12 – 18 GHz) : utilisé par les satellites pour envoyer le signal TV jusqu’aux paraboles.

Ondes pour le téléphone

  • GSM/2G/3G (0,85 – 1,9 GHz) : utilisée par les téléphones, y compris pour les connexions de données. Cette bande est divisée entre les opérateurs.
  • 4G (0,8 MHz et 2,6 GHz) : elle élargie un peu la bande GSM. La 4G est utilisé pour des connexions de données encore plus rapides que ce que permet la 3G et donc le GSM.

Wi-Fi, Bluetooth, téléphone sans fil

Ces ondes assurent des transmissions de données sur des distances courtes : quelques dizaines de mètres.

  • Wi-Fi (2,4 GHz, 5 GHz, 6 GHz pour le Wi-Fi ac) : utilisée pour la communication entre ordinateurs, appareils mobiles.
  • WiMAX (2 à 66 GHz) : ces bandes sont utilisées pour la connexion Wi-Fi à plus grand distance, de quelques centaines de mètres à plusieurs dizaines de kilomètre.
  • Bluetooth (2,4 GHz) : utilisée comme pour le Wi-Fi, sauf que la connexion n’est en pratique pas permanente : on l’active le temps d’un transfert ou le temps d’une utilisation (casque audio…).
  • Les téléphones fixes sans fil (1,9 GHz) : ce sont des téléphones fixes dont le combiné communique par onde radio avec la station.

NFC et RFID, Infrarouge

Ces ondes sont utilisées pour des transferts de données ou des actions de courtes durées et pour des quantités de données assez faibles (le transfert n’est pas assez rapide).

  • Communication en champ proche (NFC) et RFID (13,56 MHz) : utilisé pour les cartes à puces et par certains téléphones pour communiquer avec un lecteur. Ce principe utilise l’induction électrique dans la puce NFC pour être alimentée.
  • Infrarouge (320 THz) : cela reste une communication sans fils par ondes électromagnétiques. Elle est utilisée pour les télécommandes de TV ou pour échanger des données (la Game Boy Color avait ça, certains téléphones et quelques ordinateurs aussi).

Le GPS

  • GPS (1,575 GHz et 1,227 GHz) : ces signaux sont émis par une constellation d’une trentaine de satellites basse orbite et captés par les appareils. C’est une communication à sens unique. Il y a aussi désormais les systèmes concurrents du GPS : Galileo, Glonass et Beidu respectivement européen, russe et chinois.

Communications diverses

  • Radar (marin, militaire, météo) : il y a beaucoup de bandes de fréquences pour les radars, allant de 3 MHz à 300 GHz.
  • CB (citizen band) : utilisée par les particuliers pour communiquer sur plusieurs kilomètres, utilisant la bande des 27 MHz.
  • Talkie-walkie : ils utilisent une bande de fréquences sur 433 MHz.
  • TETRA : ce sont les talkie-walkie utilisé par le secteur privé ou professionnel. Ils utilisent la bande de 380 MHz – 400 MHz. La Police Nationale utilise ainsi le réseau ACROPOL sur ces ondes là.
  • toute les communications diverses, sur ondes courtes ou longues : communication aérienne, marine, spatiale ou médicale, communications satellitaire, détecteur ARVA, communication pour amplificateur auditif…

Autres sources de rayonnements artificiel

  • Tous les appareils électriques émettent des ondes électromagnétiques. Un fil électrique traversé par un courant de 50 Hz émet une onde de 50 Hz également. Les lignes hautes tensions et surtout les lignes très haute tension émettent un fort champ électromagnétique qui peut être détecté à plusieurs centaines de mètres.
  • Les écran cathodiques émettent également un fort rayonnement (du fait des circuits internes à haut voltage utilisé)
  • Les appareils à photographies à rayon-X : ces rayons sont beaucoup plus forts et énergétiques mais l’exposition n’est jamais prolongée (d’où leur caractère inoffensif).

Vous voyez que la liste est loin d’être courte (et encore il doit encore manquer des choses) : toutes ces ondes sont là, autour, sur et dans nous.
La plupart sont totalement inoffensives : les ondes radio de grande longueur d’onde sont peu énergétiques, beaucoup trop peu pour interagir avec la plupart des matériaux ; seuls les métaux sont affectés : c’est pour ça que les antennes radio sont systématiquement en métal.

Les ondes de fréquence de l’ordre du gigahertz (Wi-fi, GSM…) sont les mêmes que le micro-onde. À haute dose et à très forte puissance, ils font vibrer certaines molécules. Dans un four à micro-ondes cependant, on parle de doses suffisantes pour faire fond du plastique ou étinceler du métal : c’est à des ordres de magnitude au dessus de la puissance d’un téléphone.

De toutes ces ondes, aucune n’est ionisante. Rester 1 minute sous un soleil d’été sans écran UV est donc plus dangereux que rester 24 heures à côté d’un téléphone.

Plus sur le sujet, de la part d’un pharmacien (plus habilité à parler de problèmes de santé que moi, donc) : Faut-il avoir peur des ondes ?

36 commentaires

gravatar
qwerty a dit :

Une vidéo sympa serait de « montrer » ses ondes via un code couleur ou autre… pour montrer qu’elles sont omniprésente ! Cela serait bien sympathique !

gravatar
Erik a dit :

Salut,

Petit rectificatif pour les fréquences utilisées en téléphonie : la 3G va chercher au-delà de 1.9 GHz. Le standard est à 2.1 GHz.

Sinon, tu dis que "on ne sait toujours pas si les ondes des téléphones mobiles sont dangereuses". Formulé ainsi, de manière stricte, c'est une affirmation correcte. Mais cette formulation suggère aussi que le débat est grand ouvert, ce qui est faux. L'étude Interphone a trouvé une corrélation entre l'usage boulimique du téléphone et une augmentation de gliomes (une forme rare de cancers du cerveau) chez les très gros consommateurs de téléphonie. Mais Interphone conclut aussi en disant que cette corrélation n'établit pas un lien causal entre téléphonie et gliomes. Une autre cause (non contrôlée par l'étude) peut être à l'origine de ces cas. Quoiqu'il en soit, cause ou pas cause, on parle de cas rarissimes de l'ordre d'1 personne sur 1 million. Environ 10 fois moins que les décès par la foudre, les attaques de chien, les attaques d'abeilles... On sauverait plus de vies en disant aux gens de lever leurs fesses du canapé 10 minutes par jour. En revanche, la paranoia ambiante sur les ondes crée un effet nocebo qui pollue la vie de nombreuses personnes (je n'ai pas de chiffres, malheureusement) avec ce que ça entraine de souffrance physique et morale bien réelles, de dépression du système immunitaire qui augmente la susceptibilité aux maladies, etc. Bref, le débat est tout sauf ouvert. On en est rendu à chercher si le lien est causal ou non pour les quelques dizaines de gliomes surnuméraires par an.

gravatar
john a dit :

un placement des différentes sources évoquées sur le spectrum serait plus que pratique !
Merci.

gravatar
OranginaRouge a dit :

Et dire que j'ai encore des gens autour de moi qui croit que le téléphone mobile passe par le satellite /o\ ...

gravatar
Jean-Do V. a dit :

Très sympa et instructif :-)
Juste une chose perturbante pour le non-averti: les fréquences du schéma sont en "exposants" de 10 et les explications en Hz, Ghz, etc... Du coup, on ne sait pas trop où les situer.
En tout état de cause, MERCI :-)

gravatar
Blop a dit :

La bande 433,05-434,79 MHz est utilisée pour bien d'autres choses que les Talkiewalkies ! C'est le moyen de transmission RF low cost par excellence, on le trouve un peu partout, allant des voitures jouets télécommandées, les volets électriques, les sondes météos, les portails télécommandées ...

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Erik :

chez les très gros consommateurs de téléphonie.

Comme absolument tous les cas de sur-exposition à quoi que ce soit : que ce soit le Nutella, l’alcool, la peinture, l’eau ou du des pommes.



@john : je voulais faire ça au départ. Je vais peut-être le faire, finalement. Avec une échelle LOG ça serait sûrement plus pratique.

gravatar
Yosko a dit :

Il y a quand même un truc qui m'échappe à propos des télécommandes infrarouge. Tu qualifies leur émission d'élctromagnétique à une fréquence de 320 THz. Mais ne s'agit-il pas, justement, d'onde lumineuses, si elles sont qualifées d'infrarouges ?

gravatar
Yosko a dit :

EDIT : oui ok, je n'ai rien dit... c'est la même chose.
Je ne sais pas pourquoi j'ai toujours voulu distinguer ces deux notions...

gravatar
Erik a dit :

@Le Hollandais Volant :
Comme expliqué dans mon 1er commentaire, on n'est sûr que de la corrélation. Il est donc possible que ça ne soit pas une sur-exposition au téléphone mais une exposition à un facteur différent.

Est-ce que le facteur non-contrôlé est une cause plus crédible que le téléphone lui-même ? A l'heure actuelle on ne peut répondre à cette question que par des opinions... ce qui n'a pas de valeur argumentative.

Je tenais surtout à relativiser l'amplitude du problème (quelques dizaines de personnes par an), rappeler qu'aucun lien causal n'est établi, et le fait qu'au contraire des ondes, la propagation de la paranoia a un effet nocif prouvé.

Je sais, mon discours est un peu court et lapidaire... mais les dizaines de pages de débat et de questions/réponses je les ai déjà fournies sur d'autres forums et compte tenu du temps nécessaire à rédiger des réponses à la fois honnêtes et argumentées, je ne compte pas recommencer la démarche. J'ai aussi évoqué le sujet mais de manière incomplète sur mon blog. Il faudrait que je consacre un article entier à reprendre les arguments que j'ai croisés dans des débats.

gravatar
Bredt a dit :

Salut ! Encore une bonne initiative ;-)
Pour le RFID, en fait il y a plusieurs plages (5 ou 6) suivant l'application qu'on en fait, par exemple pour les puces d'identification des animaux, la plage est de 120 à 150 kHz avec une utilisation a très courte distance.
Y'a aussi le four a micro-ondes qui comme l'indique son nom est sur une bande micro-ondes (2450 MHz), oui ... en plein milieu de la plage Wifi ...
En complément le site de fréquences de l'arcep :
https://www.espectre.arcep.fr/index.php

gravatar
seb a dit :

"Par question de prudence, il est conseillé de limiter l’exposition directe à ces ondes : utiliser un kit-main libre plutôt que tenir le téléphone est déjà une bonne idée : l’atténuation de la dose d’onde reçue diminue en fonction du carré de la distance (doublez la distance, et vous divisez la dose par quatre)."

Ça semble logique mais c'est mieux en le disant.
Le kit main-libre, il en faut un filaire pas un Bluetooth (ou autre), sinon ça ne change pas grand chose. :)

gravatar
Erik a dit :

@seb :

"l’atténuation de la dose d’onde reçue diminue en fonction du carré de la distance (doublez la distance, et vous divisez la dose par quatre)"
(...)
Le kit main-libre, il en faut un filaire pas un Bluetooth (ou autre), sinon ça ne change pas grand chose. :)

Selon le principe que tu as toi-même mis en citation, la puissance diminue en fonction du carré de la distance. On va dire qu'un dispositif bluetooth communique sur une distance de 1 mètre (de l'oreille jusqu'au téléphone dans la poche). Si l'antenne-relais se trouve à 1000 mètres, notre téléphone émet donc 1 million de fois plus fort que ce qui est nécessaire de notre oreille à notre poche.

Donc si ! le Bluetooth change énormément de choses. Il diminue par un facteur 1 million (dans cet exemple) la puissance émise à proximité de la tête.

En matière de kit filaire, le courant qui traverse le fil génère lui aussi des ondes. Je n'ai pas le calcul sous la main parce que je ne connais pas les grandeurs électriques utilisées dans les équipements filaires. Mais c'est de toutes façons inutile. On ne craint déjà rien des téléphones (en tout cas, moins que de la foudre et les abeilles) et le Bluetooth diminue les puissances en jeu par un facteur énorme. Alors il faut être paranoïaque ou vraiment détester les données chiffrées pour insister sur les technos filaires.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Erik : oui, le WiFi et le GSM sont de loin beaucoup plus puissants que le Bluetooth.
(après je préfère le filaire, parce qu’il n’y a pas besoin de mettre de piles partout ni de recharger :P)

Aussi, faut pas oublier que si un seul téléphone n’est pas dangereux quand il est dans la poche du manteau, quant t’es dans un bus ou une rame de métro bondée, ce sont 50~200 mobiles qui nous arrosent d’ondes.
Sans compter qu’en ville, ce sont 10~50 réseaux Wifi qui émettent de partout.

Si individuellement un téléphone n’est pas un problème, avoir tout ça, tout le temps (24/7), ça peut peut-être jouer aussi.
Je me demande comment et où sont faites les études : si c’est dans une chambre de Faraday et un téléphone à côté d’une souris, peut-être que ça ne fera rien. Mais si on fait la même chose dans un environnement remplis de 250 appareils émetteurs autour de toi, 24/7, alors ce n’est pas la même chose.

gravatar
Erik a dit :

@Le Hollandais Volant :
Les téléphones n'émettent pas 24/7. Tu as un "Location Update" (LU) qui s'effectue quand tu changes de LAC (Location Area Code) ou bien à intervalles réguliers, genre toutes les 6 heures. Et les LU sont des communications très brèves avec le réseau. En dehors de cela et des communications actives, pas d'émissions radio depuis nos téléphones. Et ces téléphones sont dans les poches de leurs propriétaires respectifs. Les ondes qu'ils émettent pour leur LU sont atténuées avant de t'atteindre. A la fois par les vêtements qui les recouvrent, par la distance qui te sépare de ces téléphones, et par les personnes qui sont entre toi et ces téléphones.

En supposant que tout le monde a un téléphone dans la poche et que ton bus est plein (et de taille infinie), la quantité d'ondes totale que tu prendras sera seulement multipliée par 2 par rapport à ce que tu subis de la part de ton propre téléphone : au lieu de seulement absorber les ondes émises dans la demi-sphère "derrière" le téléphone, c'est comme si tu absorbais aussi une quantité équivalente à ce qui est émis dans la demi-sphère à l'avant de ton téléphone.

en ville, ce sont 10~50 réseaux Wifi qui émettent de partout

Il faut toujours revenir aux puissances. Quand on dit qu'on est soumis à 50 réseaux wifi... ça fait peur. Mais si on reçoit de chacun des ces réseaux une puissance 1 milliard de fois plus faible que notre téléphone, ça relativise tout de suite les choses. Je travaille sur de la téléphonie et non sur du wifi donc je ne saurai pas te dire ce qu'il en est de leur puissance. Mais pour la téléphonie, on se situe souvent en 2G autour de -90dBm soit 2000 milliards de fois moins que la puissance maximale d'un téléphone. En 3G, on tourne à -105 dBm.

En fait, j'ai le sentiment que les sujets techniques et dont les valeurs quantitatives sont importantes ont du mal à être compris par le public. C'est comme les mesures de radioactivité. Qui est suffisamment geek pour connaitre les 4 ou 5 échelles de mesure de la radioactivité et savoir quelle dose correspond à un danger ?

Pour ce qui est des études et du lieu où elles sont menées, ça dépend de l'étude. Interphone par exemple, est une étude épidémiologique alors le monde entier est notre laboratoire. Ca n'est pas pareil qu'une étude expérimentale où tu poses un téléphone sur des oeufs ou sur le dos d'une souris.

gravatar
Mod a dit :
Ondes pour la télé

Télévision hertzienne (50 – 215 MHz) : elle n’est plus d’actualité en France, où les signaux dits « hertziens » ne sont plus émis.
Télévision numérique terrestre (même bandes que la TV hertzienne) : la différence entre les deux est juste l’encodage de l’information sur les ondes.
Télévision par satellite (4 – 8 GHz et 12 – 18 GHz) : utilisé par les satellites pour envoyer le signal TV jusqu’aux paraboles.

En France, les fréquences utilisées pour la télévision analogique s'étendaient de 174 à 216 MHz et de 471 à 862 MHz. Pour la TNT seul la bande de 471 à 862 MHz a été conservée. Avec l'arrivée de la 4G, cette bande va être reduite de 471 à 790 MHz : http://www.cae-groupe.fr/index.php/lang-fr/zoom-sur/441-nouveau-plan-de-frequence-de-la-bande-uhf.html

gravatar
Cibjy a dit :

Attention à l'utilisation de l'adjectif « hertzien » qui signifie « par onde radio ». Le terme « télévision hertzienne » peut se référer à la télévision analogique comme numérique. Il ne peut pas être employé pour la télévision par câble.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Erik : Je sais bien que les ondes sont atténuées avec la distance, y compris combien… Mais les ondes restent bien là.

Quand on voit ce que fait de la lumière sur les plantes, les vêtements (décoloration) et nous (brûlures), même à faible dose : on se pose des questions (oui, les UV ne sont pas pareil que les micro-ondes).

La dose de rayonnement est bien évidemment à prendre ne compte, mais est-ce que la simple présence d’une onde électromagnétique (même faible) n’est pas à prendre en compte également ?

gravatar
Will a dit :

La question que je me pose depuis des années:
C'est pourquoi il n'existe pas de générateur d'onde capable de générer des ondes sur une très large plage de fréquences.
Par exemple de 10^4 à 10^20 Hertz !

Si on prend une bête antenne de voiture télécommandé, on peut choisir plusieurs fréquences, quel est le phénomène physique qui l’empêche d'aller jusqu'au infrarouge, voire le visible ?

Quel est la limite des Leds ? Je ne pense pas qu'il existe des leds émettant des ondes radio ? ou à l’opposé des rayons X ?

On définies toutes les ondes par un changement de fréquence, quel phénomène physique fait que ce n'est pas aussi simple ?
Si j'ai bien compris il n'existe pas d'onde radio ayant une fréquence de la lumière visible ? ou alors c'est de la lumière visible. XD

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Will : chaque matériau a sa propre fréquence d'émission.
Un laser vert n'émet que du 532 nm, et une LED rouge que du 680 nm.
Ça dépend des propriété quantiques des matériaux.

Les gammes d'ondes n'ont pas non plus la même origine : les ondes radio viennent des déplacement électroniques, les ondes visibles des transitions électroniques, les ondes gamma des vibrations et transitions nucléaires.

Et plus on veut des fréquences élevées, plus il faut de l'énergie, et ce n'est pas simple.

gravatar
Erik a dit :

@Le Hollandais Volant :

Quand on voit ce que fait de la lumière sur les plantes, les vêtements (décoloration) et nous (brûlures), même à faible dose : on se pose des questions (oui, les UV ne sont pas pareil que les micro-ondes).

La dose de rayonnement est bien évidemment à prendre ne compte, mais est-ce que la simple présence d’une onde électromagnétique (même faible) n’est pas à prendre en compte également ?

Je pense que tu formules mal la question. Mais pour y répondre, je dois découper ma réponse en 2 parties que voici.

1ère partie (aspect pratique) : si il y a une nocivité, on n'a aucune idée de son/ses mécanisme(s) qui induit l'effet nocif... on va rester sur l'hypothèse du cancer. Donc la 1ère chose à chercher, c'est de confirmer si on observe effectivement un effet nocif associé aux ondes ou si on n'observe rien. Donc peu importe le mécanisme d'action et peu importe si la seule présence de l'onde joue un rôle... si on veut confirmer l'existence d'un effet nocif, l'approche la plus pertinente est l'étude épidémiologique.


2ème partie (aspect intellectuel) : de manière plus générale, ce qui importe c'est comment l'onde interagit et les conséquences que ça pose. Donc la simple présence de l'onde joue-t-elle un rôle ? Non. C'est l'interaction qui importe. Si les plantes grandissent grâce à la lumière c'est parce qu'il y a une interaction entre la lumière et les chloroblastes. Si les vêtements décolorent, je suppose que c'est dû à une ionisation par les UV. On sait que les ondes de téléphonie ne sont pas ionisantes. Donc s'il y a un effet nocif, c'est par un autre mécanisme. Le seul autre effet que je connais à la téléphonie, c'est l'effet thermique. Est-ce que cet effet thermique peut causer un cancer ? Je n'en sais rien. Peut-être. Mais il me semble qu'un tel mécanisme de création de cancer n'est pas connu à l'heure actuelle. Y a-t-il un autre mécanisme que j'ai laissé de côté ? je ne sais pas. Mais si oui, c'est toujours par une interaction que l'effet prend naissance. En bref : la simple présence de l'onde n'est pas suffisante.

gravatar
Sarkapov a dit :

Est-il possible d'utiliser un oscilloscope portable tel qu'on en trouve à moins de 200 Euro sur Internet pour mettre en évidence des radiations éventuellement nocives ?
A défaut de mesures quantitatives précises, des comparaisons peuvent-elles être faites pour estimer leur dangerosité éventuelles ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Sarkapov : il suffit d’une antenne, d’un amplificateur et d’un haut parleur pour mettre en évidence des ondes radio : tout corps métallique réagit à une excitation électromagnétique, le haut parleur permettrait de nous faire écouter ça. L’oscilloscope permet de rendre ça visuel, donc dans certains cas, c’est plus parlant (mais plus cher).
Je doute qu’un oscilloscope premier-prix puisse détecter des signaux faibles : le bruit électromagnétique interne de l’appareil (bruit "EM" de l’appareil lui-même) serait beaucoup plus plus fort que ce qu’il tente de détecter.

Pour mettre en évidence le caractère artificiel des ondes, on pourrait montrer qu’elles sont périodiques et régulières (le rayonnement cosmique étant diffus, aléatoire).

Concernant la nocivité, il faut faire des tests.
Le niveau de rayonnements électromagnétique (EM) artificiels est beaucoup plus élevé que le niveau de rayonnement EM naturel, il y a donc forcément un effet sur la matière, donc sur les cellules et donc sur la vie. La question est de savoir à partir de quel niveau cela devient nocif.

Pour la radioactivité par exemple, le corps s’est adapté à la radioactivité naturelle : il sait cibler les cellules endommagées. Vu que la radioactivité naturelle est faible, il n’a pas besoin d’une grande défense contre ça : juste ce qu’il faut. C’est quand l’exposition devient trop grande et que le nombre de cellules endommagées est trop grand que le corps ne peut plus faire face et qu’on est en danger.

Pour les ondes EM, le mécanisme est bien plus compliqué à cerner, et en fait on ne sait pas grand chose sur les effets et le mécanisme de ces ondes sur le vivant.
On ne peut donc que mettre en relation le taux d’exposition aux ondes et le nombre de morts (ou de malades), sans trop savoir ce qui se passe entre les deux (d’un point de vue cellulaire puis physiologique).

gravatar
Sarkapov a dit :

Quel nombre de morts ?
Si on ne sait pas grand chose sur les effets et les mécanismes de ces ondes sur le vivant, on ne peut pas leur attribuer des morts, ni même des malades.
Je n'ai pas une telle ambition : je voudrais juste comparer les radiations entre un lieu de référence, où personne ne se plaint, et un lieu accusé d'être dangereusement exposé.
Puis-je obtenir un résultat interprétable avec un oscilloscope portable. Plus que sa sensibilité, c'est sur la portée des fréquences qu'il peut recevoir significativement que je m'interroge.
Pouvez-vous m'aider sur cette question ?
Et, subsidiairement, quelles sont les fréquences les plus dangereuses ?
En raison des ions que l'on reçoit et de la Terre et du Ciel, le corps se comporte un peu comme une cage de Faraday, de faible résistance certes mais peut-être très variable d'une personne à une autre. Avez-vous une opinion sur les différences apparemment assez considérables de résistance individuelle aux radiations électromagnétiques ?
Merci d'avance !

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Sarkapov :

Si on ne sait pas grand chose sur les effets et les mécanismes de ces ondes sur le vivant, on ne peut pas leur attribuer des morts, ni même des malades.

Je ne décrivais qu’une méthode pour trouver une relation de cause à effet entre les ondes et des malades. S’il n’y a pas de malades, c’est qu’il n’y a pas de relation.

je voudrais juste comparer les radiations entre un lieu de référence, où personne ne se plaint, et un lieu accusé d'être dangereusement exposé

Dans ce cas, une simple antenne et un oscillo devraient suffire : il suffit de détecter la tension électrique engendrée dans l’antenne par les ondes EM.

Si tu es dans une zone morte électromagnétiquement (en plein désert dans les années 1900 par exemple), tu n’aurais capté que le rayonnement cosmique fossile, vestige du Big Bang.
Aujourd’hui, même en plein désert tu captera le signal GPS (et quelques autres), mais comme ces signaux sont connus, tu peux les éliminer.

Ensuite, tu devras te mettre sous une antenne 4G (oublie pas ton chapeau en papier d’alu) et mesurer le nouveau taux de rayonnement EM.

c'est sur la portée des fréquences qu'il peut recevoir significativement que je m'interroge

Il suffit d’utiliser un tuner pour te focaliser sur une fréquence précise.
C’est d’ailleurs ce que fait ton téléphone quand il affiche 4/4 barres de réception ou 1/4 barre.

Et, subsidiairement, quelles sont les fréquences les plus dangereuses ?

Plus les fréquences sont hautes, plus elles sont énergétiques.
Après il faut aussi tenir compte de l’absorption : un métal absorbe les rayonnements (tous), c’est pour ça qu’on s’en sert comme antenne. Or, c’est quand l’onde est absorbée qu’elle a un effet sur la matière.

Les micro-ondes sont absorbées par l’eau. La lumière visible est absorbée par tout ce qui n’est pas transparent (un verre de coca chauffera plus au soleil qu’un verre d’eau claire).

Avez-vous une opinion sur les différences apparemment assez considérables de résistance individuelle aux radiations électromagnétiques ?

Je n’ai encore jamais vu quelqu’un me dire à l’aveugle quand j’active mon Wifi et quand je l’éteins.
Tant qu’on n’aura pas pu prouver ce genre de capacité sensorielle, je considère que c’est du flan.

Il y a plein de choses qui peut faire qu’une personne ressente un mal de tête ou un mal-être en un lieu donné, à commencer par l’eau du robinet, la qualité de l’air ou simplement la présence d’une plante un peu trop allergisante.
Dans ce genre d’études, il faut changer un paramètre à la fois : si on déménage la personne, alors l’eau du robinet n’est plus la même, la faune et le flore non plus, et les ondes radio non plus. Si la personne ne ressent plus de mal-être après le déménagement, ça avait pu provenir de n’importe quel paramètre (et je ne les ai pas tous cité), y compris le stress, l’état psychologique, et l’effet placebo/nocebo.

Si on s’en tient aux preuves et non aux témoignages, on n’a rien du tout. C’est comme les miracles, les aliens et ce genres de choses.

Pour ma part, tu prends une personne qui se dit « hypersensible », tu la mets dans une pièce et toi tu vas dans la pièce à côté avec un téléphone et tu active la 4G ou le Wifi et tu lui demande si elle sent quelque chose : si elle est sensible aux ondes, elle devrait savoir exactement quand tu actives le Wifi et quand tu le désactives.

gravatar
Toco a dit :

La différence entre les miracles et les aliens, c'est que les symptômes sont bien réels et, dans certains cas, handicapants. Toutefois, ces symptômes ne sont, à priori, pas causés par les ondes électromagnétiques et il s'agirait donc d'une maladie psychosomatique. Au même titre que de nombreuses autres maladies du même genre, les symptômes sont réels, mais le traitement approprié est une thérapie et non pas un isolement ou une réduction des émetteurs d'ondes.

gravatar
e-jambon a dit :
"Les ovnis sont biens réels, la cause ne sont pas les aliens".
PROUVE LE !!! (c'est pour rire, répond pas hein).
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@e-jambon : mais si, je peux !
Et ça tombe bien, je viens de lire un bouquin qui en parle un peu.

Pour commencer, un ovni c'est simplement un objet volant non identifié. Du moment que l'on voit un truc dans le ciel et qu'on ne sait pas ce que c'est, c'est un ovni. Il n'est pas question d'aliens à ce stade.
Et des ovnis, c'est pas dur d'en trouver : la police reçoit des cas très souvent (en 2007 un grand nombre de dossiers en France furent rendus publics, btw).

Ensuite, selon les sources, 95% des ovnis sont explicable (ça ne sont donc plus des "ovni") :
- 60% du temps c'est à la planète Vénus, plus brillante que toutes les étoiles, d'être suspectée par erreur
- la voie lactée (invisible en ville, bien visible en campagne, donc inconnue de beaucoup de monde)
- des avions
- des satellites (ISS par exemple, bien visible également)
- des ballons météo
- des mirages
- des phénomènes optiques ou électriques atmosphérique (photométéores)

Ce sont les 5% restant que les autorités ne peuvent pas expliquer.

À partir de là, on peut toujours imaginer 1000 raisons qui n'impliquent pas d'aliens.
Mais dans tous les cas, c'est à la personne qui clame avoir spécifiquement découvert des aliens de le prouver (et un témoignage, une photo, n'est pas une preuve acceptable). Si cette personne rapporte un objet de leur soucoupe volante (une arme ou un appareil dans un alliage inconnu sur terre, ou de l'ADN extra-terrestre), là ça sera différent. Mais ça n'est encore jamais arrivé ^^

Enfin, s'il s'avère un jour qu'un ovni soit une soucoupe volante, alors on l'a identifié et ce n'est plus un "ovni" :p
gravatar
Vincent a dit :

> Les ondes de fréquence de l’ordre du gigahertz (Wi-fi, GSM…) sont les mêmes que le micro-onde. À haute dose et à très forte puissance, ils font vibrer certaines molécules.

Alors justement, puisque la question revient souvent : si la fréquence wifi/GSM et four à micro-ondes ont une fréquence proche, pourquoi les premiers sont sans danger, alors que les seconds le sont?

Merci.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Vincent : pour la même raison que regarder une bougie n’est pas dangereux, mais regarder le soleil l’est : la dose, c’est à dire l’intensité et la quantité de lumière (ou d’ondes).

Si tu mets ta main au four à micro-ondes, alors toutes les molécules d’eau de ta main vont vibrer et chauffer ta main : c’est la brûlure qui est alors dangereuse. De la même façon (ou presque) que tu pourrais te brûler avec une flamme ou un fer à repasser.

Un four à micro-onde produit plusieurs centaines de watt en micro-ondes. Un téléphone, c’est quelques watt grand maximum.
Ton téléphone faire vibrer un petit peu quelques molécules d’eau dans ton corps, mais la chaleur produite est infime et de toute façon évacuée par le corps, sans même qu’on ne s’en rende compte.

Si ce petit surplus de chaleur provoqué par ces ondes a un effet néfaste à long terme (cancer…) sur l’organisme, on ne le sait pas. Il n’y aucune étude qui a réussis à mettre un lien de cause à effet entre les deux. La seule chose qu’on puisse faire actuellement, c’est appliquer le principe de précaution. Mais on ne sait pas encore sur ces précautions sont utiles ou inutiles.

Une chose reste valables : les micro-ondes ne sont pas des rayonnements ionisants. Leur énergie est trop faible pour arracher des électrons des atomes et provoquer des dégâts au niveau moléculaire et cellulaire. Ce sont les rayons X, gamma et UV qui font ça.

gravatar
idriss a dit :

je travail sur la planification de la 5G quelqu'un aurai une astuce pour moi

je vous remercie a tous les participants de couleur-science.eu

gravatar
Scientifique a dit :

Bonjour,
Ce forum est intéressant ! J'ai fait un doctorat en electromagnétisme dans ma jeunesse, mais je ne suis pas spécialiste des questions médicales. Néanmoins, on peut citer des données factuelles :
a) il est connu de longue date (des décennies) que les ondes EM et surtout les micro-ondes fatiguent le cerveau quand il baigne dans une forte densité d'ondes. Les militaires travaillant dans des bases de radars doivent se reposer souvent à cause de cette fatigue. Les médecins militaires doivent être bien documentés à ce sujet.
b) certains médecins ont étudié les nombreux impacts des ondes EM sur la santé: voir les travaux du professeur Dominique Belpomme (cancérologue) que j'ai trouvés intéressants et qui a fait des émissions de vulgarisation à la radio sur le sujet. Au delà des gliomes, il parle aussi des troubles du sommeil (coupez votre wifi et votre tel portable quand vous dormez), de l'hyper-électrosensibilité qui gagne malheureusement du terrain quand on utilise très jeune ou fortement le tel portable et même des maladies neuro-dégénératives dont on ne sait pas encore à coup sûr si elles peuvent provenir des ondes EM (d'après lui, oui...)
c) on sait très bien que les ondes de plus forte énergie, comme les rayonnements Gamma, X, UV causent de nombreux dégâts dans les cellules vivantes. On découvre leur impact, on l'analyse, cela prend de nombreuses années. On définit des normes dont les seuils baissent, en général, au cours du temps. Pour les ondes EM de plus basse énergie (micro-ondes du wifi, tel portable, etc.) les études d'impact mettront forcément plus longtemps, quelques décennies, mais on saura un jour comment ajuster nos normes pour limiter les impacts trop forts sur la santé. En attendant, par prudence, les assurances dégagent leur prise en charge des risques. De mon côté, j'écoute les préconisations : kits mains libres, tel loin du cerveau, surtout pour les enfants et j'essaie d'habiter loin des antennes relais. Pas si facile, en effet !
d) j'ai plusieurs électrosensibles dans mon entourage proche : heureusement on sait construire des cages de Faraday pour protéger leur environnement proche. C'est spectaculaire : leur mal de tête disparait rapidement quand ils sont protégés des ondes. Mais avec le 5G, ce sera plus difficile de les protéger car les cages de Faraday seront plus coûteuses à construire.


Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.