7 commentaires

thermomètre de galilée
Dans cet article, je vous montrer qu’il faut parfois se méfier de l’eau qui dort, même en sciences ! Car parmi les phénomènes curieux qui peuvent être interprétés de façon incorrecte se trouve le thermomètre de Galilée.

Ce thermomètre, inventé par Galilée il y a 350 ans se présente comme un tube fermé rempli de liquide et dans lequel flottent des ampoules scellées, elles aussi remplies en partie de liquide (coloré pour la décoration).
Le fonctionnement repose sur un équilibre entre la densité des fluides et celle des ampoules ; équilibre qui est modifié en fonction de la température.

Contrairement à ce que ceci peut laisser entendre, ou à ce que l’observation du thermomètre peut laisser penser, la densité des ampoules ne varie pas : le liquide dans les ampoules change de pression et de température, mais le volume et la masse des ampoules ne changent pas, elle : la densité des ampoules reste donc constante.

C’est la densité du fluide transparent qui varie partout autour.

Lorsque la température monte, le fluide se détend et sa densité diminue : quand cette densité passe en dessous de celle d’une ampoule, cette dernière se met à couler par gravité. Vu que la température est indiquée sur la l’ampoule, il suffit de la lire pour connaître la température du liquide (et donc la température ambiante).

Alors certes, le thermomètre est lui aussi scellé, mais le haut du tube est rempli d’air : grâce à cela, le liquide peut se détendre dans le gaz (qui se comprime) sans que le thermomètre en lui-même ne se déforme.

Lors de la fabrication de ces thermomètres, la densité des ampoules doit être calibrée de façon extrêmement précise par rapport au liquide transparent du thermomètre. En effet, si le liquide principal est de l’eau, la densité varie assez peu avec la température : entre 20 °C et 21 °C, la densité de l’eau ne diminue que de 0,021 %. Entre 20 °C et 90 °C, la différence de densité n’est que de 3 %. C’est autant de précision qu’il faut avoir lors de la conception de ces objets.

La moralité enseignée par l’étude du thermomètre de Galilée est donc que ce n’est pas parce que ce sont les ampoules qui montent et qui descendent que c’est là que se passe toute la science. Il faut parfois voir plus large, plus grand que juste ce qui attire notre attention.

image d’en-tête de Tuchodi

7 commentaires

gravatar
TD a dit :

Est-ce pour des raisons de contamination que l’enceinte du thermomètre est scellée ?

gravatar
Lokoyote a dit :

Intéressant, j'ai toujours cru que ça se passait au niveau des ampoules la dilatation...

gravatar
Quentin Saison a dit :
Passionnant, j'avais jamais compris comment ça marchait :)
gravatar
Sylvain a dit :

Effectivement, le thermomètre de Galilée est vraiment un objet fascinant en plus d'être un objet utile et décoratif.

Son intérêt ne s'arrête d'ailleurs pas là, puisqu'en ces temps actuels où l'écologie tient une place de plus en plus importante dans l'esprit des gens, il est utile de rappeler qu'il nous donne de surcroit la température ambiante sans consommer la moindre électricité (pas de piles ni quoi que ce soit d'autre)...! A l'inverse d'un thermomètre classique.

Merci pour cet article de présentation intéressant. Bonne continuation.

gravatar
eee a dit :

Est ce le verre à un rôle spécifique à jouer dans cette objet ? Pourquoi avons nous utilisé du verre et pas un autre matériaux pour faire cet objet ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@eee : Le verre n’est là que pour contenir le fluide. On l’a choisit pour sa transparence et son imperméabilité.

On aurait pu utiliser du métal ou du bois (mais on n’aurait rien pu voir), ou même du quartz (transparent) : tout aurait fonctionné, mais ça n’aurait servi à rien.


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.