photo du chocolat qui ne fond que grâce à la casserole
Avec une gazinière où une plaque chauffante, la chaleur est captée par la casserole par conduction, c’est à dire par contact.

Une plaque à induction en revanche, c’est froid ! Si vous l’allumez et que vous posez votre main dessus, vous ne risquez pas de vous brûler. Posez une casserole ou un objet métallique dessus, et il deviendra très vite très chaud.

Alors quelle science se cache dans cet appareil qui chauffe les éléments métalliques et pas les mains ?
La réponse est l’induction électromagnétique.

L’induction électromagnétique

Comme l’a montré Maxwell au XIXe siècle, les phénomènes électriques et magnétiques sont couplés : un aimant placé en rotation dans un conducteur va produire un courant électrique, et un courant électrique dans une bobine en fait un électroaimant. On dit qu’un champ électrique induit un courant : c’est là l’origine de l’induction, le phénomène utilisé dans une plaque à induction.

Sous la plaque sur laquelle vous posez votre casserole se trouve un important bobinage de cuivre. Quand on met la plaque en route, un courant électrique circule dans la bobine. D’après ce que je viens de dire, il y a apparition d’un champ magnétique autour des bobines :

Quand on approche la casserole, on place cette casserole dans le champ magnétique.

Or, notre casserole en métal est elle aussi conductrice d’électricité ! Le champ magnétique va induire un courant électrique dans le fond de la casserole. Ces courants portent le nom de courants de Foucault.

Enfin, comme tout conducteur traversé par un courant, la casserole va s’échauffer par effet Joule (le même phénomène qui chauffe un filament de lampe, ou une résistance chauffante) :

schéma de l’induction
Le courant électrique de la bobine produit un champ magnétique. Ce dernier va induire un courant « de Foucault » dans la casserole, et ce courant va chauffer la casserole.

Ce que disent les Équations de Maxwell

Pour aller un peu plus loin, si l’on examine les équations de Maxwell, on note que la présence seule d’un champ magnétique ne suffit pas à induire un courant électrique dans la casserole. Il faut que ce champ magnétique soit variant. C’est pour cela que dans une génératrice, l’aimant placé dans la bobine doit tourner pour produire de l’électricité.

Dans une plaque à induction, le champ magnétique est produit en envoyant un courant électrique alternatif à haute fréquence dans la bobine : le courant étant alternatif, le champ magnétique produit est variant et le fond de la casserole se voit traverser par un courant électrique qui le chauffe.

Quelques notes

Il faut noter plusieurs choses à propos des plaques à induction.

un circuit à induction
Photo d’une bobine de plaque à induction (image)

Premièrement, on ne peut utiliser que des casseroles en métal : une casserole en verre ne fonctionnera pas.
Tout autre masse de métal fonctionnera aussi (un gros bloc d’acier, par exemple).

Deuxièmement, la plupart des plaques à induction aujourd’hui détectent la présence de la casserole sur la plaque : le courant induit dans la casserole va à son tour produire un champ magnétique (opposé à celui de la bobine de la plaque), et la présence de ce champ est détectée par des capteurs. La plaque s’éteint quand on retire la casserole. Cela économise de l’énergie.

C’est pour cette raison que si votre casserole n’est pas assez épaisse, la plaque ne la détecte pas : des casseroles compatibles avec l’induction sont donc nécessaires. Ces casseroles ont un fond relativement épais et massif, pour maximiser l’intensité du courant induit et donc l’échauffement. Si aujourd’hui la plupart des casseroles sont compatibles avec tout, il faut faire attention à ce que l’on achète.

Enfin, si vous ne vous brûlez pas en posant votre main sur une plaque à induction, une casserole chaude peut avoir réchauffé la plaque (par contact), et vous risque de vous brûler quand même en posant la main sur une plaque qui vient de servir. Faites donc toujours attention.

Pour conclure, sachez que les plaques à induction fonctionnent de la même manière que les chargeurs sans fil des smartphone qui en sont doté.
Dans les téléphones, cependant, le but n’est pas de chauffer, mais de récupérer le courant induit pour alimenter la batterie. Pour ça, au lieu d’une épaisse couche d’acier, le téléphone comporte une bobine de cuivre. Au lieu de chauffer, le courant va circuler et recharger la batterie.

Si je ne recommande pas de placer votre smartphone sur une plaque de cuisson, on pourrait en revanche essayer de placer la casserole sur le chargeur sans fil. En principe, la casserole chaufferait un peu. En pratique, les chargeurs détectent le téléphone avant d’envoyer du courant. Pas sûr que ça marche, donc.

(Cet article a initialement été publié sur Le Hollandais Volant. J’ai décidé de mettre à jour et de le déplacer ici)

photo d’en-tête de appliancesonline.com

40 commentaires

gravatar
Clem wrote:

Ce champs magnétique peux-il être nocif pour l'homme ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Clem : Aucune raison de le penser^^
Après tout, nous baignons dans le champ magnétique (et électrique) terrestre. Le champ de ce genre de plaques est beaucoup plus fort, mais premièrement le corps humain n’est pas sensible à ça (aucun organe sensoriel) et ce n’est pas nocif, et deuxièmement il y a des sources de champ magnétique et électrique bien plus importants un peu partout.

La seule façon actuellement sûre pour qu’une plaque à induction puisse nous faire du mal c’est en nous brûlant sur la casserole chaude qu’on pose dessus :).

gravatar
Ced wrote:

C'est une question bête mais, pourquoi la casserole n'est elle pas attirée/répulsée par le champ magnétique produit par la plaque ? comme le fait une porte a verrou magnétique par exemple

Aussi, pourquoi le courant induit dans la casserole ne mets pas la casserole "sous tension" ? Intuitivement je serai amené à penser que le courant vienne "charger" la casserole et du coup la toucher serait dangereux... or pas du tout..

Peut-être que c'est lié à la fréquence d'oscillation du champ qui vient mettre son grain de sel... ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Ced :

pourquoi la casserole n'est elle pas attirée/répulsée

Ce n’est pas une question bête du tout, car effectivement la casserole est bien repoussée !

Pour t’en convaincre, allume la plaque, pose la casserole et soulève la légèrement (1 cm environ) : la casserole sera toujours détectée et la plaque continuera de fonctionner.
Ensuite, éteins la plaque : tu sentiras d’un coup la casserole peser plus lourd (un petit peu, mais suffisamment pour que ça se ressente quand on tient la casserole à main levée) !

Le courant électrique induit dans la casserole produit un champ magnétique qui s’oppose au champ magnétique de la bobine : la casserole et la bobine se repoussent bel et bien. Seulement cette répulsion est insuffisante pour l’envoyer valser dans les airs (et heureusement).

En revanche, si tu envoies dans la bobine un courant extrêmement fort, avec une fréquence d’oscillation très importante, alors là oui : la casserole pourra s’envoler, comme ici, où une rondelle de métallique est envoyée sur plusieurs mètres : https://www.youtube.com/watch?v=eA3SDiyMiWU

Enfin, poussée à l’extrême cette méthode est utilisée dans un Rail-Gun magnétique. Il permet d’envoyer des projectiles à des vitesses phénoménales : de 0 km/h à 9 000 km/h (mach 8) en environ 10 millisecondes : https://www.youtube.com/watch?v=eObepuHvYAw

Pour en arriver là, il faut que les deux champs magnétiques soient le plus importants possibles, et variants. Il faut donc des bobines très importantes, une intensité de courant très forte et surtout une variation très rapide du champ magnétique.
Généralement on utilise un condensateur, et l’ensemble de la puissance est obtenue lorsqu’on ferme le circuit : le courant passe de 0 à X ampères en un temps très bref (ce qui constitue une variation rapide) et ça suffit pour induire des champs magnétiques très puissants.

Aussi, pourquoi le courant induit dans la casserole ne mets pas la casserole "sous tension" ?
Intuitivement je serai amené à penser que le courant vienne "charger"

Attention, on induit un courant dans la casserole : les champs sont mises en mouvement au sein de la casserole, mais il n’y a pas de transfert de charges entre la plaque et la casserole. La casserole n’est donc pas chargée électriquement et ne sent pas de choc électrique.

De plus, le courant induit a lieu partout au sein du métal de la casserole. La différence de potentiel entre deux points (ie la tension électrique) existe, mais est (je pense) insuffisante pour être dangereuse. Il pourrait être intéressant de la mesurer avec un voltmètre (que je n’ai pas sous la main).

gravatar
seb wrote:

Par rapport à ta mise en garde à la fin, il faut quand même faire attention à ne pas avoir de bague avant de poser sa main sur une plaque sinon ça peut faire bizarre.
J'ai déjà entendu parler de gens ayant eu la main "collée" à cause d'une bague mais si je comprend bien ton article ce n'est pas possible. La bague va chauffer et nous bruler mais ça ne devrait pas nous empêcher d'enlever sa main.

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@seb : en effet, la bague collée n’est pas possible.
Mais à mon avis, c’est justement parce que certains utilisateurs se sont brûlés avec des bijoux ou des montres en métal que maintenant les plaques détectent la présence de la casserole. Une bague n’a pas une « réponse » suffisante, elle n’est pas détectée par le circuit de détection dans la plaque, et la bobine cesse d’être alimentée.

C’est malheureusement aussi la raison pour laquelle les casseroles métalliques ordinaires ne marche pas (trop fines). En revanche, un gros bloc d’acier (qui « répond » suffisamment), peut être chauffé. J’ai chez moi un cube d’acier de 10 cm de côté (il pèse 8 kilos) et la plaque le chauffe sans problèmes.

gravatar
Herbert wrote:

Salut,

Juste pour signaler au passage qu'il n'est pas établi que le champ magnétique produit soit inoffensif, en particulier pour les femmes enceintes dont le bébé est tout à fait à la hauteur.
BTW, blog très sympathique, le non scientifique que je suis découvre grâce à vous beaucoup de choses!

gravatar
OlivierJ wrote:

Bonjour,

pourquoi est-ce qu'on n'utilise pas directement le 50 Hz du secteur, et on élève la fréquence au-dessus de 25 kHZ (j'ai lu 25 ou 50 selon les sources) ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@OlivierJ : l'intensité du courant induit dépend des variations du champ magnétique. Et à 25 kHz, le champ magnétique change de signe 50'000 fois par seconde, contre 100 fois si on reste à 50 Hz.

Si on voulait le même pouvoir chauffant avec du 50 Hz, il faudrait un courant plus fort dans la bobine (l'appareil consommerait plus) ou alors des bobines plus grandes ou plus longue (plus de cuivre, donc plus cher à produire).
Jouer sur la fréquence du signal est donc une solution simple pour augmenter l'efficacité de l'appareil sans coûter plus cher à produire ou à utiliser.

gravatar
jc wrote:

bonjour
j'ai démonter ma plaque a induction et sous l'inducteur (le fil de cuivre enrouler) il y a des petit rectangle noir ont dirait de la ferrite a quoi il serve
et je voudrais savoir aussi si on enlève la plaque de vitrocéramique est que le champ magnétique va quand même chauffe la casserole

gravatar
Mamatdu50 wrote:

Sympa cette article surtout le lien vers les équations de maxwell que je n'avait jamais compris.
Par contre ca peut être dangereux un champs electro magnétique rien qu'avec un pacemaker, les bigos également peuvent en prendre un coup dans le nez....

gravatar
Achess wrote:

Faut pas exagérer avec les risques qui sont avant tout un principe de précaution en cas de dysfonctionnement.

Le champ magnétique n'est maximum que quand une masse métallique est suffisante pour l'absorber. Dans ces conditions, toute l'énergie est convertie en chaleur et pratiquement ne sort à l'extérieur.

gravatar
SBA wrote:

La plaque à induction est le primaire d'un transformateur et la casserole le secondaire du transformateur qui lui se trouve en court-circuit d'où l'échauffement?
Votre avis SVP, merci.

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@SBA : En quelque sorte, oui.

À part pour l’échauffement : ce dernier n’est pas dû à un court-circuit, mais à l’effet Joule.

Si on utilise une bobine de fil de fer au lieu d’une bobine de fil de cuivre, le fer ayant une résistance beaucoup plus élevée que le cuivre, le fer s’échaufferait et fondrait. C’est pour ça que la plupart des fils dans les circuits sont en cuivre : il ne s’échauffe pas.
Et c’est pour ça que les casseroles prévues pour l’induction sont généralement en acier, et non en cuivre.

Si on utilise une casserole en cuivre, l’échauffement serait moins rapide. Aussi, une plus grande partie de l’énergie serait transformée en énergie magnétique et la casserole pourrait être éjecté (plus ou moins violemment) de la table à induction.

gravatar
fofo94 wrote:

salut , j'ai bien aimé votre article . c'est très instructif ,

pourriez vous m'aidez a répondre à ces questions svp: voici mon mail( fofo94winner@gmail.com )

➢ La plaque à induction se compose d'un enroulement inducteur (bobinage d'un primaire de transformateur) placé sous une plaque vitrocéramique et alimenté par une source de tension électrique alternative à haute fréquence (20KHz à 40KHz). La source de tension alternative haute fréquence fait parcourir l'enroulement inducteur par un courant alternatif haute
fréquence créant ainsi des pôles magnétiques Nord et Sud variables au cours du temps. L'ustensile de cuisine se comporte comme un enroulement (bobinage d'un secondaire de transformateur) qui est le siège de phénomènes d'induction électromagnétique (Loi de Lenz, Loi de Faraday). Electriquement, l'ustensile se comporte comme un conducteur ohmique ayant une valeur de résistance électrique assez faible : l'intensité des courants induits est assez élevée, donc, l'énergie thermique produite au cours d'une période de la tension d `alimentation de l'enroulement inducteur est assez élevée. L'énergie électrique alternative consommée par l'enroulement inducteur est convertie en énergie électromagnétique. L'énergie électromagnétique reçue par l'ustensile est alors convertie en énergie thermique par effet Joule. Le rendement de la conversion d'énergie électrique alternative en énergie thermique est excellent.

1. Quel est l'intérêt magnétique de faire parcourir l'enroulement inducteur par un courant alternatif haute fréquence ?
2. Que voit l'ustensile lorsque l'enroulement inducteur est parcouru par un courant alternatif haute fréquence ?
3. Enoncez la loi de Lenz qui s'applique à l'ustensile lorsque l'enroulement inducteur est parcouru par un courant alternatif haute fréquence.
4. Enoncez la loi de Faraday qui s'applique à l'ustensile lorsque l'enroulement inducteur est parcouru par un courant alternatif haute fréquence.
5. Quelle est la conséquence de la loi de Faraday au niveau de l'ustensile ?
6. Quelle est la conséquence du fait que l'ustensile soit parcouru par un courant alternatif haute fréquence ?
7. Qu'est ce qui est à l'origine de la production d'énergie thermique au niveau de l'ustensile ?
8. Déterminez l'expression de la puissance active thermique produite au niveau de l'ustensile.
9. Identifiez la grandeur physique qui permet le réglage de la valeur de la puissance active thermique.
10. Peut on réaliser une plaque à induction si on alimente l'enroulement inducteur par une source de tension continue constante ? Pourquoi ?
11. Pourquoi la valeur du rendement de la conversion d'énergie électrique alternative en énergie thermique est excellente ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@fofo94 : je peux vous aider, mais je vais pas faire cet exercice à votre place ;)
Je vous laisse répondre et je vous corrige après^^

gravatar
KKP wrote:

salut tous, SVP pourais je avoir le schema de câblage avec la liste des différentes composantes et leurs carractéristique pour la réalisation d'une plaque à induction SVP ?

gravatar
Bumblebee wrote:

bonjour pourrais-je avoir des informations concernant les différent métaux utilisable sur la plaque a induction?

gravatar
Pierre beghin wrote:

Bonjour.
Je possède une plaque de cuisson à induction et je constate que le réglage de puissance provoque une alternance de phases de chauffe suivies de phases d'arrêt. S'agit-il d'un modèle de moindre qualité, ou n'existe t-il pas de système modulant la fréquence afin de produire des températures intermédiaires ? Si oui, comment les différencier à l'achat ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Pierre beghin : Bonjour,
Idem pour ma plaque à induction.

Quand je la met à 200, 400, 600 ou 800 W, la chauffe se fait par interruption. Quand je suis à 1000, 1200, 1400, 1600 ou 1800 W, je constate une intensité plus forte dans la chauffe (le bruit que ça fait).
Je ne pense pas que le réglage de puissance soit effectué en jouant sur la fréquence (c’est assez difficile), mais plutôt sur l’intensité du courant électrique dans les bobines.

Le réglage en continu doit pour se faire, mais si on réduit trop l’intensité du courant, le champ magnétique est réduit, sa portée aussi et les pertes également. À basse puissance, le rendement est donc bien plus faible. C’est donc plutôt un avantage économique/écologique.

Il doit pouvoir exister des tables de cuisson où la puissance est régulière (c’est techniquement possible), mais je ne saurais dire comment le savoir à l’achat.

En tout cas, c’est un comportement habituel pour ces appareils. Les fours à micro-ondes font un peu pareil : à basse puissance, ils alternent entre haute puissance et aucune puissance. La moyenne sur une longue durée produisant une puissance basse.

gravatar
iiyama wrote:

bonjour,
nous sommes des élèves de terminale SSI, pour notre projet nous devons recharger une batterie portable et la solution de l'induction c'est proposé à nous. Serais-ce possible de charger par induction une batterie ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@iiyama : Oui, c’est ce que font les téléphones qui se rechargent sans fil : totalement possible.

Par contre notez bien que :
1)
l’induction utilise du courant alternatif : la bobine "source" doit être traversée par un courant alternatif, et la bobine "réceptrice" génère également un courant alternatif.

Or, une batterie se recharge avec un courant continu. Il faudra donc placer un circuit redresseur en sortie de la bobine "réceptrice" : un simple pont-à-diodes suivi d’un condensateur (en parallèle du pont) devrait suffire (le condensateur sert à « lisser » la tension, à faire en sorte que la tension soit stable).

2)
Attention : si la tension de charge n’est pas suffisante, la batterie ne chargera pas, mais si la tension de charge est trop haute, la batterie peut présenter un risque d’explosion.

Le mieux est donc de mettre une alimentation variable en entrée, de façon à pouvoir adapter l’intensité du courant sur la bobine "source" et donc d’obtenir une tension adéquate à la sortie de la bobine "réceptrice" (et du redresseur).
On peut aussi mettre un potentiomètre en sortie du pont redresseur, pour régler la tension qui va arriver à la batterie (et surtout limiter qu’elle dépasse le seuil nominal de la batterie).

Je ne sais pas quelle batterie vous voulez charger, mais si c’est une batterie portable pour téléphone (celles qu’on trouve dans le commerce), alors la tension de charge est celle de l’USB : 5 volts, 1 ou 2 ampères (max).
Vérifiez donc que vous ne dépassez pas cette tension et cette intensité en sortie, avant de brancher la batterie.

Aussi, une batterie du commerce contient un circuit interne qui empêche la charge si le la tension n’est pas suffisante : si vous mettez 2 V sur une batterie qui en demande 5, ça risque de ne pas charger du tout. Il faut obligatoirement 5 V (tension de l’USB). Ce qui fait ensuite que la batterie charge plus ou moins vite, c’est l’intensité : certains chargeurs chargent à 0,5 A (charge lente), 1 A (charge « normale ») ou 2 A (charge rapide).

(ici je considère l’USB normal, pas l’USB de type-C, qui lui peut charger à 20 V et 5 A des batteries compatibles).

gravatar
poisson pilote wrote:

Et si je range de casseroles dans un placard sous la plaque à induction, celles-ci seront-elles chauffées, et si non pourquoi ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@poisson pilote : En théorie, une bobine émet un champ électromagnétique partout autour de lui.

Au sein d’une plaque de cuisson à induction cependant, la bobine et les autres composants sont agencées de telle sorte que le champ magnétique est dirigé préférentiellement vers le haut sur la casserole qu’on pose dessus et le rayonnement qui va en bas est bloqué (une simple plaque métallique suffit pour les absorber).
De plus, l’intensité du champ magnétique est très importante au contact de la plaque, mais elle diminue rapidement quand on s’en éloigne. Par conséquent, même à 10~15 cm, l’échauffement d’une casserole est faible.

Le champ magnétique dans un placard sous une plaque est donc très faible et l’échauffement imperceptible. Aucun risque donc.

gravatar
Mateo wrote:

Bonjour,
Merci pour cet article très intéressant et les réponses aux questions, encore plus intéressantes. Voici une observation et une question.
L'observation : suite à l'installation d'une plaque induction, j'ai constaté que les ustensiles étaient "chargés" électriquement. Cela se traduit par une sorte de vibration au toucher. Pas ailleurs avec un tournevis testeur de tension la diode s'allume au contact de l'ustensile sur la plaque. Par contre avec un multimètre je ne détecte rien de mesurable. J'ai observé ce phénomène sur ma plaque et sur celle de mon voisin lorsqu'elles sont sous tension, donc à priori cela semble normal. Voilà pour l'observation.
Et ma question : sur la plaque que j'ai installée cela se produit même hors tension. Resterait-elle dans un mode "veille" ? Ou bien mon câblage laisserait-il à désirer ?
Au plaisir de vous lire.

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Mateo : bonjour,

À l'approche d'une plaque en fonctionnement, les ustensiles métalliques vibrent oui. C'est le champ magnétique qui attire/repousse rapidement l'ustensile.

Cela ne devrait pas se produire avec une plaque en veille. Normalement tu peux vérifier : si tu débranches la plaque, ça doit s'arrêter.

gravatar
Lenz wrote:

@Bumblebee :
Il faut que le matériau soit magnétique. Approchez un aimant et si la plaque est attirée, elle chauffera. Donc, sont exclu l'aluminium, le cuivre, le laiton.

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Lenz : Non, c’est faux : les courants de foucault circulent dans tous les métaux. Mais pour que ça chauffe bien, il faut une résistivité électrique assez élevée. Le cuivre ou l’alu fonctionnent, mais le fer ou l’acier fonctionneront mieux car leur résistance électrique est plus forte.

gravatar
Lenz wrote:

@Le Hollandais Volant :
Non, c'est une question de perméabilité, pas de résistance. La perméabilité du cuivre est très faible par rapport au fer.

gravatar
PETIT-MAITRE Béthel wrote:

Bonjour,quels sont les voltages et l intensités des ustensiles de cuisine comme casserole,poêle etc?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@PETIT-MAITRE Béthel : Bonjour,
Je n’ai pas de réels chiffres en tête, mais la tension (voltage) n’est pas bien haut (quelques volts, je dirais). Ce qui provoque l’échauffement, c’est surtout l’intensité en ampères.

Chez toi, un fil de 16 ampères de ton chauffage électrique d’appoint peut éventuellement devenir tiède quand tu met le chauffage à fond. Ça c’est ~16 ampères.
Pour qu’une casserole chauffe comme elle fait et aussi rapidement, on parle à mon avis de quelques centaines d’ampères.

gravatar
ManuKanti wrote:

La réponse sur la réelle justification du phénomène m'intéresse beaucoup : est-ce parce que la résistivité électrique est élevée ou que la perméabilité magnétique est forte que ça finit par chauffer ?

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@ManuKanti : Je ne suis pas bien d’accord avec @Lenz plus haut, car on peut très facilement mettre en évidence des courants de Foucault induit dans du cuivre ou dans l’alu. Il suffit de faire tomber un (puissant) aimant à travers un rouleau de papier alu. La chute de l’aimant sera ralenti très sensiblement. Il y a même des jouets sur ce principe, comme le Feel Flux (qui existent d’ailleurs en cuivre ou en alu, le second étant moins cher, mais un peu moins performant).

La différence entre le cuivre et le fer, du coup, c’est que le cuivre ou l’alu restituent les courants de Foucault sous forme d’un champ magnétique secondaire. Dans le cas de l’aimant qui tombe dans le rouleau d’alu, c’est ce champ magnétique secondaire qui pousse l’aimant vers le haut et ralentit sa chute.

Le fer, lui, je produit pas de champ magnétique secondaire : sa perméabilité magnétique est telle qu’il garde les lignes de champs magnétique en lui, ce qui induit des courants encore plus fort en son sein. Avec une résistivité plus élevée, tous ces courants favorisent l’effet Joule et le fer chauffe nettement plus.

En fait, le fer piège le champ magnétique en son sein et seul l’effet Joule permet de dissiper l’énergie, sous forme de chaleur.
Alors que le cuivre, lui, il ne piège pas le champ magnétique : il le « rayonne » vers l’extérieur. L’énergie (sous forme magnétique) est donc renvoyée en dehors du cuivre, qui ne s’échauffe donc pas.

gravatar
ManuKanti wrote:

Oui évidemment, je pense qu'il n'était pas opposé à l'idée qu'il y ait des courants induits dans le cuivre ou dans l'alu. La question était de savoir quel paramètre électromagnétique prévaut dans le phénomène de génération de chaleur par induction.
Je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Je vois aussi ça comme un couplage entre une perméabilité magnétique assez élevée pour piéger les lignes de champ et permettre la création de courants de Foucault, et une résistivité assez grande pour dissiper ensuite l'énergie par effet Joule.
Merci !

gravatar
Mezz wrote:

Bonjour, et merci pour cet article bien documenté.

Me concernant sur certains contenants mes plaques à induction émettent un sifflement aigue très désagréable (que je qualifierai d'ultra sons si je pouvais), mais ma compagne ne semble pas les entendre, peut être est ce juste une histoire de sensibilité auditive ?

D'autant qu'il me semble qu'il y a toujours ce sifflement, mais qui va de l'imperceptible au très désagréable.

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Mezz : le champ magnétique alternatif de la plaque à induction fait vibrer très rapidement la casserole. Tu peux mettre ça en évidence en soulevant la casserole ou la poêle (vide) à quelques millimètres de la plaque, jusqu’à ce qu’elle touche la plaque : elle touchera la plaque en "tremblant".
Tu peux aussi approcher un aimant puissant de la plaque (attention à pas la coller à la casserole, sinon tu la sent pas vibrer).

Ces vibrations dans la casserole peut déformer très légèrement cette dernière et la casserole se comporte donc grosso-modo comme une membrane de haut-parleur, en émettant un son très aigu.

Tu peux mettre ces sons en évidence avec une application « spectrogramme » sur ton téléphone (comme celle-ci).

S’il y a un bruit strident quelque part, que tu l’entende ou non, tu devrais voir un pic sur le spectrogramme, et donc prouver à ta compagne que tu n’es pas fou :D

gravatar
Lavfra wrote:

Ce vous oubliez de dire c’est qu’il faut des casseroles en acier et non en cuivre ou en aluminium. L’acier a une résistivité plus importante que le cuivre ou l’alu donc par effet joule chauffe plus.


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.