par 12 commentaires

image d’un atome unique
Récemment, l’actualité scientifique a fait l’objet de la publication d’une photo d’un atome unique piégé dans un champ électrique (photo d’en-tête ci-dessus). Au delà de la prouesse technique réalisée, les articles qui en parlent, comme celui-ci du SciencePost, parlent d’une technique appelée « refroidissement par laser ».

Les lasers sont des dispositifs qui concentrent un faisceau lumineux unique. Sachant par ailleurs qu’un système froid est un système chaud dont on a retiré de l’énergie, il peut paraître étonnant qu’on utilise des rayons lasers hautement énergétique pour refroidir des particules.

La technique de refroidissement au laser fonctionne cependant en envoyant de la lumière sur des particules et ça marche très bien : cette méthode permet de refroidir des particules à des températures aussi basses que le microkelvin, soit 0,000 001 K (donc des températures très très proches du zéro absolu). Dans ce article, on va voir comment ça fonctionne.

Avant d’entrer dans les détails, commençons par définir quelques notions.

Quelques définitions

La température d’un corps peut être définie comme le degré d’agitation des particules. Plus la température est élevée, plus la particule est agitée : plus elle vibre, ou plus elle se déplace rapidement. Pour refroidir notre atome, il faut donc l’immobiliser. À l’échelle d’un atome, on ne peut utiliser une point solide, on utilise de la lumière.

La lumière issue d’un laser a la particularité d’être monochromatique. Par ailleurs, bien que la lumière soit sans masse, elle possède une énergie et une quantité de mouvement. Éclairer un objet revient à exercer une pression, appelée « pression radiative » dessus. C’est la force exercée par la lumière que l’on utilise pour ralentir le mouvement d’une particule.

L’effet Doppler, c’est ce qu’on entend quand une ambulance qui passe devant nous semble émettre un bruit plus aigu quand il s’approche et plus grave quand il s’éloigne de nous. Ce phénomène se produit avec toutes les ondes (y compris la lumière) dont la source et l’observateur son en mouvement relatif l’un par rapport à l’autre. Quand la source et l’observateur se rapprochent, les ondes sonores sont perçues comme compressées : les longueurs d’ondes sont plus courtes. Quand ils s’éloignent, la longueur d’onde est augmentée.
Du point de vue de notre atome en mouvement, quand il s’approche d’un rayon lumineux, il verra cette lumière avec une longueur d’onde plus courte. S’il s’en éloigne, la longueur d’onde est perçue comme plus grande.

Le terme de blueshift, ou « décalage vers le bleu » en français, provient du fait que la lumière (dans le cas du visible) dont la longueur d’onde est réduite a une couleur plus proche de l’extrémité bleue du spectre du visible. Si l’on s’éloignait de la source, la longueur d’onde étirée serait plus longue, donc décalée vers le rouge (on aurait parlé de redshift).

Le refroidissement par laser

La technique de refroidissement par laser est d’utiliser tout ce que j’ai défini la-haut pour immobiliser des atomes.

Pour comprendre le principe, imaginez vous sur un vélo. Un vent de face vous ralentirait, mais un vent de dos vous permettrait d’aller plus vite. Si vous êtes sur un chemin qui change de sans arrêt de direction, vous serez sans cesse ralenti puis accéléré. L’idéal serait évidemment de pouvoir profiter du vent arrière sans avoir à subir le vent de face : on serait alors sans cesse accéléré sans être ralenti.

Pour nos atomes que l’on veut ralentir, ça serait l’inverse : il faudrait pouvoir leur faire subir un ralentissement par « vent de face » sans jamais que le vent arrière ne les accélère. Et bien sachez que grâce à la mécanique quantique et le phénomène de blueshift, c’est ce qui se passe.

Les atomes obéissent à la physique quantique : ils ont des niveaux d’énergie précis, et ne réagissent qu’aux phénomènes qui ont des niveaux d’énergie bien précis, comme la lumière. Toute action dont l’énergie n’est pas un des niveaux autorisés par l’atome n’a aucun effet sur lui. Ainsi, quand on éclaire un atome A avec de la lumière bleue, l’atome peut absorber le photon. Mais si on l’éclairait avec du vert ou du rouge, il ne se passerait rien du tout.

Pour obtenir un refroidissement, on va utiliser le blueshift. On va s’arranger pour que le laser émette une longueur d’onde très légèrement supérieure à la lumière autorisée par l’atome. Ainsi, un atome immobile n’y serait pas soumis (seule une lumière ayant une énergie exactement un des niveaux de l’atome a un effet sur lui).
En revanche, un atome qui s’approche verrait la lumière avec une longueur d’onde un peu plus courte, donc correspondant à son niveau autorisé ! L’atome va absorber cette lumière et ralentir :

schéma de principe du refroidissement laser
Les atomes qui s’éloignent verraient, quant à eux, une longueur plus grande et n’y sont donc pas soumis :

schéma de principe du refroidissement laser
On a alors ce que l’on souhaite : la lumière laser peut ralentir un atome qui vibre, mais pas l’accélérer : le laser refroidit donc notre atome.

Pour compléter le dispositif, il suffit donc d’envoyer des faisceaux lumineux dans les 6 directions possibles (vers le haut, le bas, la gauche, la droite, l’avant et l’arrière) et les atomes seront ralenti quelque soit leur sens de déplacement. Et à chaque fois, la lumière ne fera toujours que ralentir le déplacement des atomes, jamais l’accélérer, grâce à l’usage ingénieux du phénomène de blueshift !

En soumettant l’atome à des longueurs d’ondes de plus en plus proche de leur niveau d’énergie autorisée, on arrive à éliminer des mouvements de plus en plus faibles, pour les approcher de plus en plus d’un état d’immobilité, donc du zéro absolu.

image d’en-tête de EPSRC

12 commentaires

gravatar
omar a dit :

Éclairer un atome ne devrais pas plutôt le rendre plus énergétique au lieu de le ralentir ? Vu qu'il absorbe l’énergie du laser.

gravatar
V0r4c3 a dit :

Très bien expliqué, merci
Surtout vu la complexité du sujet.

Je suis en tout cas impressionné de voir l'ingéniosité dont font preuve certains pour développer des systèmes toujours plus extraordinaire.

Une question me vient maintenant à l'esprit : Et avec ça ? A quoi peut nous servir de refroidir/ralentir des atomes ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@omar : c'est expliqué ici.

@V0r4c3 : pareil, l'ingéniosité me dépasse ici, c'est parfois juste beau de voir ça.

Pour l'utilité, c'est de la recherche fondamentale : ça permet de refroidir un ou des atomes, et donc de n'avoir que l'atome "tel quel" dans un niveau d'énergie le plus bas possible, pour mieux le connaître.

De cette connaissance, naissent ensuite des applications diverses, que ce soient des applications directes impliquant des atomes froids, ou indirectes. Car, par exemple, si on arrive à cartographier la structure précise d'un atome donné, on peut en déterminer des applications.

Aujourd'hui, la plupart des nouveaux composés qui sortent des labos, sont imaginés de façon théorique d'abord : « tiens, ces deux atomes ont des niveaux d'énergie compatibles : et si je les mettais ensemble pour voir ce que ça donne ? ».

C'est comme ça, parfois, que naissent de nouveaux matériaux, de nouveaux médicaments, etc.

D' autres découvertes se font par serendipité : on cherche un truc, on découvre un autre truc, et ce dernier est une découverte révolutionnaire \o/.

gravatar
Juju a dit :

Comment fait-on pour envoyer des " faisceaux lumineux dans les 6 directions possibles " sans avoir des interférences (nœuds et ventres) ?

gravatar
Lokoyote a dit :

Article très intéressant et très bien expliqué. J'attendais cet article avec grande curiosité ^^.
Un de mes profs nous avait vaguement parlé d'arrêter des atomes avec des lasers mais je ne voyais pas comment c'était possible, maintenant JMCMB :D

gravatar
Whiteshoulders a dit :

Il faut savoir que le refroidissement opère également par evaporation. Certains atomes vont être excité en absorbant l’énergie (par choc élastique) d'autres atomes. Ces atomes excités vont sortir du piège, et ne restera que des atomes ayant des niveau d’énergie plus bas : la temperature du système baisse !

En fait c'est exactement comme de laisser refroidir une tasse de café : une partie de l'eau s'évapore en emportant la chaleur du café.

Si le piège laser est impressionnant d’ingéniosité, le refroidissement par evaporation m'éclate pour sa simplicité.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Juju : Si on prend deux rayons qui vont l’un dans l’autre (dans des directions strictement identiques et des sens opposés).

Il y a bien des interférences si les rayons sont la seule chose qui soit là, mais si un atome se trouve au milieu, il absorbera toujours le rayon qui lui arrive par devant. Ou alors, je suppose qu’il est possible d’envoyer des impulsions très brèves, alternativement de chaque côté.

gravatar
AH a dit :

Bonjour, Dans le cadre de notre activité de maintenance de moteurs, je suis à la recherche d'un système permettant de refroidir le corps en acier d'une broche mécanique (les électrobroches sont, elles, pourvues de canaux de refroidissement). Je tente ma chance auprès de vous car je n'ai trouvé aucun système "souple" permettant de refroidir le matériel en s'adaptant aux différents diamètres de broches. Par exemple, une poche type poche médicale à fluides parcourue par du liquide avec entrée / sortie du liquide chaud / froid. Mais, à la lecture de votre article sur le refroidissement par laser, je me suis dit que d'autres techniques existent peut-être... Avez-vous des pistes à me suggérer ? Merci.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@AH : Un flux d’azote liquide, peut-être ?

Ce qu’il faut c’est simplement évacuer la chaleur : il faut noyer la pièce métallique dans quelque chose va absorber puis évacuer la chaleur : un liquide, un gaz fait l’affaire.
Sur les machines qui usinent l’acier, ce rôle est assuré par un jet d’huile : c’est l’huile qui va chauffer puis s’écouler en évacuant la chaleur. Si un liquide n’est pas possible, on utilise du gaz, et si le gaz (moins efficace car moins dense) ne suffit pas, un gaz liquéfié ou réfrigéré.

gravatar
attraxi a dit :

@AH :
Je pense qu'utiliser un caloduc peut être pas mal dans certains cas, c'est vraiment utilisé dans beaucoup de domaines dont l'aerospatial.

@Le Hollandais Volant : Dans les laminoirs et aciéries, à ma connaissance ils utilisent de l'eau. ( pas sur le rail, mais au niveau de l'usinage. )

gravatar
Juju a dit :

@ attraxi:

Le "caloduc" n'est pas mal mais plus compliqué qu'un simple flux de gaz neutre réfrigéré (comme suggéré par H.V.).
Le refroidissement par huile pose le problème d'inflammation en présence d'air c'est pourquoi on utilise plutôt de l'eau avec un lubrifiant (pour éviter la corrosion) pour l'usinage du métal ou du verre (outil diamant)

gravatar
JDragonB a dit :

Super article ! Faudrait expliquer comment on adapte la fréquence des lasers dans un numéro 2. ;)


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.