1 commentaire

champ magnétique sur du papier
Vous avez déjà vu un de ces socles magnétiques que l’on peut activer/désactiver avec un bouton sur le côté :

i
Exemple d’un aimant manuel (source)

Ils sont magnétiques, et donc se collent fortement sur un support en acier. Pour le décoller, l’aimant étant trop puissant pour le retirer comme ça, il faut tourner un bouton qui va alors annuler le champ magnétique et décoller le socle.

Vous savez comment comment ils fonctionnent ? Y compris ceux où le bouton ne se tourne que d’un quart de tour ?
En effet, il existe plusieurs mécanismes, donc ceux sur lesquels on tourne le bouton d’un demi-tour et ceux où il faut tourner un quart de tour. Vous allez voir, c’est très simple mais pas moins ingénieux !

Les aimants « demi-tour »

Pour le demi-tour, on comprend aisément : le socle comprend deux aimants, dont un sur le bouton. Quand on tourne le bouton en position « off », les deux aimants sont en position attractive : le flux magnétique est alors intégralement compris entre les deux aimants, et le socle est juste un bloc d’acier non-magnétique.

En position « on », les deux aimants sont en opposition : les lignes de champ magnétique s’additionnent et sont conduits dans les deux pattes en acier du socle : un pour le pôle nord et un pour le pôle sud : le socle devient magnétique et il peut se coller sur une surface en acier :

l’aimant qui s’active d’un demi-tour

Les aimants « quart de tour »

Pour ceux où il faut faire seulement un quart de tour, le principe est différent. Pour commencer, il n’y a qu’un seul aimant.

Ensuite, le socle est bimétallique : deux plaques en acier, portant les pattes du socle, et une en aluminium au centre. En position « off », l’aimant est orienté dans le sens des pattes : les deux pattes sont donc soumises à un même flux magnétique : les pattes étant magnétisées de façon identique, le socle ne peut pas se coller où que ce soit.

En position « on », l’orientation de l’aimant est telle que chaque pôle de l’aimant est en contact avec une plaque d’acier. Chaque patte du socle est donc un pôle magnétique et il peut se coller sur un bloc d’acier :

l’aimant qui s’active d’un quart de tour

Ces socles là sont les plus simples à activer ou désactiver : il n’y a qu’un 1/4 de tour à faire et on n’a pas besoin de mettre deux aimants en opposition, ce qui peut demander un peu de force. Par contre, ils ne comprennent qu’un seul aimant, et peuvent donc être un peu moins puissants.

Enfin, une chose que l’on constate ici, quelque soit le type de socle, c’est que les parties en acier prolongent l’aimant en « conduisant » le champ magnétique. On observe ceci parfaitement bien avec des trombones et des aimants : si on colle un trombone sur un aimant, ce trombone devient aimanté aussi. On peut alors coller un second trombone au premier, et ainsi faire des chaînes de 4~5 trombones (voire davantage si on a un aimant très puissant).
De façon plus technique, on dit que l’acier conduit le flux magnétique parce qu’il est paramagnétisme ou ferromagnétique.

Dans l’aimant où il faut faire un quart de tour avec le bouton, le milieu du socle est en aluminium : ce matériau ne réagit pas au champ magnétique et ne le dévie, ni le conduit.

image d’en-tête de moi-même :-)

1 commentaire

gravatar
Juju wrote:

A propos du magnétisme, comment se fait-il qu'il apparaisse par emboutissage ou pliage d'aciers non magnétiques au départ ?


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.