Des allumettes.
Savez-vous que le principe du briquet a été inventé bien avant les allumettes ? Taper deux pierres ensemble pour produire des étincelles projetées sur un matériau combustible est un principe préhistorique, alors que les allumettes telles qu’on les connaît de nos jours, c’est-à-dire un petit bâton enduit d’un produit qui s’enflamme lorsqu’on la gratte date seulement du XIXᵉ siècle !

C’est sur les allumettes que je vais parler dans ce billet, car leur histoire est mouvementée et fait intervenir un peu de chimie, en particulier la chimie étonnante du phosphore !

Les premières allumettes

Les premières allumettes modernes à friction datent de 1826 et sont dues à l’anglais John Walker. Elles contenaient entre autres du sulfure d’antimoine, du chlorate de potassium, une gomme et de l’amidon. L’ensemble prenait feu après un frottement sur une plaquette enduite de phosphore amorphe et de peroxyde de manganèse.

Ces allumettes s’enflammaient même un peu trop violemment dès qu’elles étaient frottées sur une surface rugueuse quelconque, pas uniquement leur boîte, et la flamme étaient instables, en plus d’avoir une odeur désagréable. Elles n’étaient donc pas beaucoup appréciées.

Quelques années plus tard, il fut ajouté du chlorate de plomb à la place du chlorate de potassium et du phosphore blanc, un allotrope du phosphore. Ceci résolvait les problèmes d’instabilité et d’odeur, mais posait un autre problème de taille : la toxicité du phosphore blanc.

Les personnes travaillant alors dans les usines d’allumettes développaient des maladies osseuses allant jusqu’à des déformations graves voire la mort.
Une convention internationale permit, en 1906, d’interdire l’emploi du phosphore blanc dans les allumettes, et il a donc fallu trouver une autre solution.

Les allumettes de sureté actuelles

Les allumettes actuelles sont appelées « allumettes de sûreté », car elles ne peuvent pas s’enflammer n’importe comment : il faut les frotter sur leur boîte et uniquement leur boîte.

En effet, le côté de la boîte, la partie marron ou rouge, est enduite d’un composé qui participe à l’inflammation de l’allumette, par un processus physique lié à l’action du frottement : frotter l’allumette contenant du chlorate de potassium sur la surface abrasive contenant du phosphore rouge engendre la mise en contact de ces deux composés, ce qui engendre alors une inflammation rapide sous l’effet de l’échauffement dû au frottement.
Le mélange de phosphore rouge et de chlorate de potassium est d’ailleurs un explosif instable utilisé, entre autres, dans les feux d’artifices et les claques doigts.

Ces allumettes sont qualifiées de « allumettes de sûreté ». En effet si les premières allumettes portaient du phosphore blanc facilement inflammable, y compris par frottement contre d’autres allumettes dans leur boîte. Les allumettes de sûreté n’en contiennent plus et ne s’enflammeront plus par accident.
L’allumette. Les composés susceptibles de provoquer l’inflammation sont donc séparés : une partie sur l’allumette, l’autre sur le côté de la boîte.

De plus, l’allumette de sûreté ne contient pas non plus du phosphore blanc, qui est très toxique.

Conclusion

Les allumettes sont un moyen chimico-mécanique de produire une flamme. Il faut non seulement utiliser une surface contenant du phosphore rouge, et en plus accomplir l’action du frottement afin de mixer de phosphore rouge avec le chlorate de potassium dans l’allumette et de provoquer un échauffement léger mais suffisant.

Sans ces deux choses, l’allumette ne peut pas s’allumer, même accidentellement.

Tout ceci, là où le briquet est davantage un processus physique : on produit une étincelle par frottement qui va allumer un combustible — du gaz — que l’on libère à proximité.

Aujourd’hui, d’autres méthodes de production de feu existent : que ce soit avec une résistance chauffante telle que l’allume-cigare d’une voiture, un arc électrique comme les briquets plasma contenant une mini bobine Tesla, ou encore avec un pointeur laser puissant, dont certains se servent pour effectivement faire du feu.

Image d’en-tête de Rob Wicks

7 commentaires

gravatar
Juju wrote:

On peut tout de même les allumer sur d'autres surfaces (pour faire de la magie) en la frottant doucement sur le grattoir afin de récupérer un peu de matière qui une fois déposée sur le bout le l'allumette, permettra la combustion.

gravatar
V0r4c3 wrote:

Mais la vrai question, c'est comment fonctionnent les amulettes ?

Un petit tour de magie que j'avais vu en étant gamin était de réduire en cendre la "bande à gratter" de la boite. Puis on collait ses doigts sur les résidus. Il n'y avait plus qu'à les frotter pour faire apparaitre une fumée (verdâtre dans le noir apparemment).

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@Juju : Ah oui, c’est possible ! Sinon des allumettes qui s’allument n’importe où doivent pouvoir se trouver.
Un truc similaire peut être faite avec un briquet (ceux avec la petite roulette en acier, pas les électroniques). On tourne doucement la roulette, de façon à obtenir de la limaille de la pierre à briquet qui se trouve en dessous. On récupère cette limaille sur ses doits et ensuite on fait mine de « saupoudrer » ça sur une flamme : ça fait des étincelles, car cette fine limaille au magnésium brille fortement :D

@V0r4c3 :
Intéressant ça, je ne connaissais pas du tout non plus !

gravatar
galex-713 wrote:

J’ai jamais réussi à faire le truc de la boîte d’allumettes moi x)

Par contre, où est l’explication sur pourquoi les allumettes ont été inventées, et à quoi elles servent, alors que maintenant tout le monde utilise des briquets, et qu’ils existaient avant ?? :o

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@galex-713 : pardon, j’avais oublié d’activer ce comm ^^"

En fait, le briquet moderne et le silex ont le même principe de fonctionnement, mais le premier est bien plus pratique quand-même.

Et du coup, les allumettes sont plus pratiques que le silex, mais le briquet moderne est plus pratique que les allumettes.

Par contre du coup maintenant je suis curieux : comment on faisait du feu entre la période du silex (pré-histoire) et celle des allumettes (ère industrielle) ?
À mon avis y avait quelqu’un dans le village qui gardait un foyer allumé et partageait son feu, mais je ne saurais en être sûr…

gravatar
galex-713 wrote:

wait mais donc le briquet a bien été inventé après l’allumette ?

perso je pencherais pour un truc plein de silex dispo qqpart… ya des tas de trucs métalliques quand tu les frotte assez vite ça fait des étincelles… puis bon les scouts savent bien faire du feu à base de bois et de brindilles… mais HISTORIQUEMENT une vraie réponse certaine serait super intéressante

PS : tkt ! mais ce commentaire je l’avais pas justement posté super récemment ? genre juste après celui sur ton dernier article (sur l’ARN/vaccins) ?

PPS : c’est quoi l’adresse mail qui envoit des mails pour prévenir des nouveaux commentaires ? j’en reçois pas je crois :o

gravatar
Le Hollandais Volant wrote:

@galex-713 : le briquet date d’après l’allumette, oui, mais le principe du briquet (envoyer des étincelles sur un combustible) date du silex.
Le silex est un briquet primitif, si l’on veut.

Je vais voir ce que c’est pour l’adresse e-mail est notifs. Je ne me sers pas de ça, je ne sais pas si ça marche en vrai xD


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.