11 commentaires

taches de sang
Bien que le sang de certains animaux, comme les crabes ou certaines araignées, soit bleu, celui des vertébrés (et donc des humains) est rouge. Pourtant, nos veines nous apparaissent bleu.

Que se passe-t-il ?

Pour commencer, il y a quelques théories clairement fausses :

C’est la concentration en oxygène élevée dans les artères et faible dans les veines qui fait apparaître les premières en rouge et les dernières en bleue.

Ceci est faux : même pauvre en oxygène, le sang n’est pas bleu : il est certes d’un rouge-ocre un peu moins vif, mais il est toujours d’une teinte rouge et pas bleue.

Le sang est bleu, et c’est seulement au contact de l’air — par exemple quand on saigne — que le sang devient rouge.

Ceci n’est pas vrai non plus : lors d’une prise de sang, ce dernier n’entre pas en contact avec l’air et il est rouge. D’ailleurs, quand le sang entre en contact avec l’air, il a tendance à s’enrichir en oxygène, et il devrait alors rougir d’avantage…

Bon, à présent la vraie raison.
Il y a deux effets à voir :

  • premièrement l’optique physique avec la colorimétrie et l’absorption/diffusion des couleurs par la peau et les vaisseaux sanguins.
  • deuxièmement le rôle du cerveau sur la perception des couleurs.

Les phénomènes d’optique

La lumière du jour contient toutes les couleurs. Or en traversant le sang, le bleu ou le vert sont totalement absorbés, tandis qu’une partie seulement du rouge l’est aussi. La partie restante est quant à elle renvoyée et c’est ce qui rend le sang rouge foncé.

La peau maintenant. On considère une peau dénuée de mélanine, donc claire : elle diffuse et réfléchit toutes les couleurs : elle apparaît blanche.

En revanche, toutes les couleurs ne pénètrent pas à la même profondeur dans la peau : le rouge, de longueur d’onde plus grande, pénètre plus profondément avant d’être diffusée puis réfléchie. Le bleu, lui, est réfléchi bien plus en surface.
Un bout de peau observé par transparence apparaît rouge par transmission : le rouge a le temps de traverser alors que le bleu est bloqué bien avant :

du blanc est renvoyé mais du rouge est transmi
↑ de la lumière blanche est réfléchie, mais seul le rouge est transmis par la peau.

Quand une veine se trouve entre 0,5 mm et 2,0 mm de profondeur environ : c’est là qu’elle semble bleue (plus en surface elle prend la couleur du sang, donc rouge, et plus en profondeur elle est invisible).

Parmi toute la lumière qui revient vers l’observateur, la composante bleue provient de la peau. Souvenez-vous : le bleu ne pénètre pratiquement pas dans la peau et est renvoyé sans jamais avoir atteint la veine.
Pour le rouge c’est différent : cette longueur d’onde est plus pénétrante et atteint le vaisseau sanguin : ce dernier en absorbe une grande partie et réfléchit le reste.

Ce qui se passe est ensuite est une illusions d’optique produite par le cerveau : c’est une question de balance des couleurs entre le rouge et le bleu :

  • Sans veine : la couleur observée contient autant de rouge que de bleu, car la peau a fini par tout réfléchir.
  • Avec la veine : la veine absorbe pratiquement tout le rouge tandis que la peau a déjà renvoyé le bleu : on observe donc les mêmes couleurs, à l’exception du rouge qui est absorbée par la veine.

Il n’y a donc pas plus de bleu, seulement moins de rouge.

Le rôle du cerveau

Donc il n’y a pas de bleu : pourtant on voit du bleu. Ceci est une illusion d’optique : c’est le cerveau qui voit ça de cette façon.
Il interprète cette absence plus prononcée de rouge comme une présence plus importante des autres couleurs, et en particulier le bleu. Ceci est suffisant pour faire apparaître les veines comme bleues.

En réalité la veine est juste légèrement plus foncée qu’ailleurs, à cause de plus grande absorption, mais elle reste majoritairement rose/beige :

couleur bleue-rouge de la peau
↑ la veine n’est pas bleue, juste « moins rouge ». C’est le cerveau qui interprète ça comme du bleu.

Références :

image de Ray4389

11 commentaires

gravatar
Matheod a dit :
"Souvenez-vous : le rouge ne pénètre pratiquement pas dans la peau."
L'inverse plutôt ?
gravatar
Mat a dit :
J'ai jamais aimé l'optique, mais si le sang est rouge, c'est pas justement parce que le mélange de couleurs que le sang n'absorbe pas forme du rouge ?
Ce serait pas l'inverse ? Le bleu serait plus pénétrant dans la peau que le rouge et il arriverait à faire l'aller-retour de la surface de la peau jusqu'à la veine tandis que les couleurs avec de plus grandes longueurs d'onde serait arrêtées dans l'épaisseur de la peau ?
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Mat :
mais si le sang est rouge, c'est pas justement parce que le mélange de couleurs que le sang n'absorbe pas forme du rouge ?

oui : un objet rouge absorbe tout sauf le rouge qu’il renvoie, en particulier vers l’œil : nous voyons donc rouge un objet "rouge".

Ce serait pas l'inverse ? Le bleu serait plus pénétrant dans la peau que le rouge et il arriverait à faire l'aller-retour de la surface de la peau jusqu'à la veine […] ?


Le bleu n’est pas plus pénétrant que le rouge. L’expérience est menée dans ce papier : http://www.imt.liu.se/edu/courses/TBMT36/pdf/blue.pdf (qui vise justement à répondre à la même question que mon article, et donc je me suis également inspiré).
En augmentant l’épaisseur de peau progressivement, on remarque que le bleu est plus rapidement filtré que le rouge. Il faut donc une épaisseur moins importante pour filtrer le bleu que le rouge.

Ton hypothèse aurait pu fonctionner, mais ton hypothèse de départ est incorrecte, il faut donc une autre explication.
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Mat : Ton article est dans l’erreur, en particulier cette ligne :
Le bleu traverse plus facilement la barrière de la peau que le rouge


C’est faux.

Tu peux regarder avec une forte lumière : en regardant par "transparence" ta main, tu la vois rouge : https://davidkanigan.files.wordpress.com/2014/06/hand-sun-light.jpg?w=600&h=901
C’est parce que le rouge traverse la peau mais que le bleu est bloqué avant d’avoir pu traverser.

C’est un peu aussi pour ça que le ciel est bleu : le bleu est bloqué puis diffusé dans tous les sens, alors que le rouge continue d’aller en ligne droite.
En regardant le ciel, on a donc l’impression que le bleu est partout et le rouge/orange/jaune seulement là où se trouve le Soleil.

Au coucher du Soleil, la distance que la lumière traverse dans l’atmosphère est plus importante : le jaune/orange finit lui aussi (en plus du bleu) par être diffusé. Seul subsiste la longueur d’onde la plus grande, le rouge, qui n’est pas diffusé : le soleil est un disque rouge, dans un ciel orangé.

Le lait, a les mêmes propriétés. Si tu l’éclaires avec une lumière blanche (polychromatique), alors le lait paraîtra blanc, mais si on regarde par transparence une fine couche de lait (5~10 mm) au fond d’un verre, le rouge et le vert traverseront, mais le bleu n’y parviendra pas. Par transparence, le lait est alors verdâtre.
gravatar
Léo a dit :
Je suis d'accord avec l'article mais alors pourquoi une cyanose donne une peau bleue ? Est ce que le sang (enfin l'hémoglobine) change de couleur quand il est moins saturé en sang ?
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Léo : le sang moins concentré en oxygène est en effet plus sombre, tirant sur le brun. Le sans oxygéné est rouge vif.
Pour une cyanose, la peau n’est pas bleue, elle est juste moins rouge, exactement comme une veine.
gravatar
Red a dit :
@Le Hollandais Volant :
Très intéressant cette histoire de couleur du sang.
Qu'est-ce que ça veut dire si le sang est moins rouge vif, mais plus rose ou rouge pale (genre comme du rouge dilué, pas comme si on avait ajouté du blanc) ?
Ça ne concerne pas le sang dans les veines, mais le sang des règles. (Ah oui, et comme il parait qu'il y a des gens que ça dégoute d'en parler, je m'excuse pour ceux-là) : j'utilise une coupe menstruelle, du coup je vois bien sa couleur (il n'a pas été en contact avec l'oxygène au moment où on la vide) : en général il est plutôt rouge vif tirant sur le noir (je suppose avec la concentration), comme quand on saigne, ou pour un prélévement de sang. Cependant il m'est arrivé de constater qu'il était parfois plus rose, et je trouve que ça serait intéressant de savoir ce que ça signifie. Ça m'est arrivé 3 fois je crois et la première fois j'ai vraiment été choquée. (Je pensais effectivement que ça serait peut-être lié au fer = si mes règles sont plus roses, j'ai une anémie, mais ce n'est qu'un hypothèse infondée, je n'ai aucune expérience en la question, et sur le net je ne trouve rien)
Merci d'avance à qui pourra me trouver un élément de réponse :)
gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
@Red : Ça me semble être une question de concentration, ou simplement de quantité.
Il se peut aussi que le sang des règles soit parfois plus concentré en plasma sanguin, voire d’autres secrétions (ce qui réduit le taux de fer). C’est aussi possible que le fer quitte l’hémoglobine et se combine avec d’autres trucs, invisibles.

Je ne pense pas que ça soit une anémie : le taux normal d’hémoglobine chez une femme est de 12 à 15 g/dL, et le taux d’anémie vers 11 g/dL. Il y a une différence, de l’ordre de 30% entre le max et le taux anémique, mais ça me semble insuffisant pour expliquer une différence notable de couleur.
C’est comme si tu dilues de l’encre dans de l’eau : mettre 4 gouttes au lieu de 3, c’est à peine visible. Pour observer quelque chose, il faut passer du simple au double, au moins.

Dans tous les cas, si ça t’inquiètes, je conseillerai de consulter un médecin. Il en saura d’avantage que moi.
gravatar
Maliro a dit :

Je déterre le sujet, désolée.
Si le sang des règles est plus rose, c'est très probablement parce qu'il est mélangé avec des sécretions blanches qui n'ont rien à voir avec les règles. ^^
Source : ma propre coupe menstruelle


Remarque : Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.