Merry Christmas !
Noël, c’est la célébration de Jésus et c’est une fête chrétienne. N’est-ce pas ?
Dans ce cas, comment expliquer que l’ont fêtait déjà le 25 décembre durant l’antiquité grecque et dans l’empire romain, soit bien avant Jésus-Chris et l’époque chrétienne ?

En effet, bien avant l’an 1, toute la période de la fin d’année était déjà festive un peu partout en Europe ! Il y avait ainsi :

  • le Culte de Mithra, chez les Romains ;
  • les Saturnales, chez les Romains, pour fêter le dieu Saturne ;
  • Épona, une déesse Gauloise, également fêtée en décembre ;
  • Les Petites Dionysies (rurales), à la même époque de l’année chez les Grecs et célébrant Dionysos.

La réponse à tout ceci réside évidemment dans les astres.
Oui, Noël est bien une fête à l’origine astronomique !

Une fête astronomique…

Vous l’avez remarqué, en hiver les journées sont courtes et les nuits sont longues (et vice-versa en été).

Si on généralise, le passage des saisons est une alternance entre deux périodes :

  • du 21 juin au 21 décembre : où la journée dure de moins en moins longtemps et où le Soleil descend de plus en plus bas dans le ciel ;
  • du 21 décembre au 21 juin : où la journée est de plus en plus longue et où le Soleil monde de plus en plus haut dans le ciel.

Nos ancêtres l’avaient également remarqué.
Pour eux, le Soleil était essentiel pour faire pousser les récoltes et pour éclairer. Aussi, en hiver, étaient-ils inquiets que le Soleil descende si bas dans le ciel…

Finalement vint le solstice d’hiver : le Soleil s’arrête de descendre (d’où « sol-stice », pour « soleil [qui s’]arrête ») pour ensuite commencer, après quelques jours, à remonter. Pour célébrer le présage de jours plus longs et plus chauds, les anciens organisaient le « Sol Invictus », une fête très populaire.

L’idée du Soleil renaissant dans sa splendeur a donné l’expression « dies natalis solis invicti », ou « le jour de la naissance du Soleil invaincu ». L’expression « dies natalis » (« la jour de la naissance ») réfère donc au Soleil, et non à Jésus !

Le solstice d’hiver ayant généralement lieu autour du 21 décembre, et comme il faut toujours quelques jours pour que la remontée du Soleil dans le ciel soit notable et vue par les astronomes, Sol Invictus se tenait autour du 25 décembre.

… reprise par l’Église

Cette fête a été reprise à des fins politiques bien plus tard : Rome utilisait ce jour là pour unifier tout son empire autour d’une célébration commune, où l’on mangeait, buvait, s’échangeait des cadeaux. Esclaves et maîtres, tout comme maîtres et élèves voyaient leur statuts inversés pour un jour.

Tous ces rituels très populaires ont été plus ou moins conservés par l’Église dans ce qui deviendra après le IIe et IIIe siècle, le Noël chrétien.

La définition chrétienne de Noël, elle, a été placée ce même jour par l’Église afin de profiter d’une fête qui était déjà largement implantée dans la culture populaire et mieux se propager un peu partout en Europe.

Il a tout de même fallu attendre l’an 336, soit plus de trois siècles après Jésus Christ, pour que la naissance de ce dernier soit placée au 25 décembre et vienne remplacer Sol Invictus, l’Église ayant même interdit que l’on fête autre chose que la naissance de Jésus ou la célébration du dieu unique.

Le 25 décembre comporte donc à l’origine et avant tout une dimension astronomique et sociale, avant d’être reprise par l’Église.


Donc, si la dimension religieuse de Noël vous gêne ou vous semble anti-laïque (ce qui, au passage, serait mal comprendre le principe de laïcité), vous pouvez toujours participer aux festivités en évoquant son côté astronomique.

Sinon, vous pouvez également fêter l’anniversaire d’Isaac Newton (le 25 décembre 1642 dans le calendrier Julien, en vigueur à l’époque en Angleterre) , ou « Newtonmas ».

Dans ces conditions, au lieu du nouvel an, fêtez donc la périhélie le 4 janvier ! Le jour de l’an actuel est placé 7 jours après Noël par l’église, mais le 4 janvier marque, lui, la date où la Terre est au plus proche du Soleil sur son orbite excentrée.

Références :

image de Kevin Dooley.

10 commentaires

gravatar
Katsono écrit :

Petite erreur à la fin de l'article, l'aphélie c'est le jour où la Terre est le plus loin du Soleil.

gravatar
Yunga écrit :

L'astronomie des anciens.

Les Mardis de l'Espace des sciences avec Yaël Nazé, astrophysicienne, Institut d’astrophysique de Liège.

L'astronomie n'est pas née d'hier et, même si les progrès ont été prodigieux ces dernières années, il faut toujours connaître les origines pour mieux comprendre la situation actuelle. Au début, partout dans le monde, nos ancêtres levèrent les yeux vers les astres et tentèrent de les comprendre en élaborant diverses histoires simples, les mythes. Très vite, les anciens allèrent plus loin, et l'on retrouve les prémices d'une véritable Science dans leurs écrits - un balbutiement qui forgea la science moderne. Vous découvrirez ainsi notre héritage astronomique sous toutes ses facettes, surtout les moins connues : les mythes primitifs, l'orientation des mégalithes, le savoir égyptien, le ciel de Babylone, la méticulosité chinoise, les cosmogonies maya et inca, les étoiles-guides polynésiennes, etc. Non, il ne faut pas croire que les anciens ne pensaient pas - leurs observations sont même encore utiles à l'astronome d'aujourd'hui.

https://www.youtube.com/watch?v=7MkJE5MekOc

gravatar
Seed écrit :

Juste pour info, tu parles de l'An 0 dans l'article, mais il n'existe pas d'an 0, on passe directement de l'an -1 à l'an 1.
cf: wikipédia

gravatar
InternetBaby écrit :
Il est passionnant de constater l'effet des phénomènes naturels sur les sociétés humaines et leur culture. Merci pour cet article éclairé.
gravatar
erwann écrit :

Petit complément d'information sur Noël et sa date, un excellent article de François Walter:
http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2016/12/23/31005-20161223ARTFIG00195-francois-walter-on-est-passe-du-noel-chretien-de-l-esperance-au-noel-laicise-de-la-nostalgie.php
La signification astronomique de la date de Noël est indéniable, mais pas la volonté de "détournement" de fêtes païennes.
J'ai personnellement beaucoup appris de cet article, en particulier sur les symbôles théologiques liés au choix de la date.

gravatar
Phirou écrit :

Merci pour ces explications qui donnent sens à cette fête.
Celle du renouveau du soleil, du retour de la lumière.
Rien de religieux, juste de l'astronomie.

gravatar
Le Hollandais Volant écrit :

@Phirou : comme beaucoup, beaucoup de chose.
L’astronomie était le seul « livre écrit » pour les Anciens, bien avant l’écriture.

De plus, l’être humain a toujours été doué pour voir des choses là où il n’y avait rien. Par exemple une grande ourse dans quelques étoiles, ou un petit ours, un aigle, un chien… Les constellations viennent de là.

Si elles étaient plus récentes, peut-être aurions nous eu la constellation du bâteau, du frigo ou du smartphone. Mais elles sont très anciennes.

Des étoiles sont nées des personnages, des personnages sont apparus des histoires, des histoires sont venues des mythes et des dieux. Tout ça est resté jusqu’à notre époque.

On retrouve des références au ciel absolument partout.

Si on utilise une horloge de 24 heures (12 la nuit et 12 le jour), par exemple, c’est parce que les anciens voyaient 12 constellations au cours de la nuit. Ils ont divisé la nuit en douze, une pour chaque divinité associée à la constellation. Le jour a plus tard également été divisé en douze, d’où un cadran de 24 heures au total, encore en usage de nos jours.

Autre exemple, le mot « désastre ». Le « dé- » signifie « anti- », comme dans « monter / démonter », ou « habiller / déshabiller ». Astre, signifie étoile.
Un désastre est donc une « anti-étoile » : une mauvaise-étoile. Un météore, ou une comète par exemple, que les anciens considéraient comme un mauvais augure, présageant un… désastre.


Votre commentaire sera visible après validation par le webmaster.